Burkina Faso : Le CERA-FP présente les résultats de son étude sur les recettes minières

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet « Une société juste, équitable, résiliente et pacifique au Burkina Faso », Centre d’Étude et de Recherche Appliquée en Finances Publiques (CERA-FP) a mené une étude sur les recettes minières, le Fonds Minier de développement Local (FMDL) et son impact sur les communautés. Ce vendredi 19 janvier 2024, il a tenu un atelier de validation de ladite étude.

Partager les résultats de l’étude sur les recettes minières, le Fonds Minier de développement Local (FMDL) et son impact sur les communautés, tel est l’objectif de l’atelier de validation de l’étude organise par le Centre d’Étude et de Recherche Appliquée en Finances Publiques (CERA-FP).

Selon les propos de Lina Gnoumou, la chargée du programme du CERA-FP, le Projet « Une société juste, équitable, résiliente et pacifique au Burkina Faso » vise à renforcer la collaboration entre la société civile et l’administration publique afin que les « les services publics puissent répondre aux attentes des populations ».

Lina Gnoumou, la chargée du programme du CERA-FP

Sur l’étude menée, elle a indiqué que le CERA-FP a jugé nécessaire d’explorer les ressources issues du secteur minier et ce qui a été fait avec lesdites ressources. Sur le dernier aspect, un accent particulier a été mis sur le Fonds Minier de développement Local (FMDL).

« Le Burkina Faso regorge d’un potentiel minier assez élevé et le pays a également engrangé un certain nombre de ressources. Le CERA-FP a jugé nécessaire de faire cette étude pour évaluer les recettes et les ressources », a laissé entendre la chargée du programme du CERA-FP.

Lire ➡️ Burkina Faso : Le CERA-FP présente les résultats d’un projet sur l’Influence citoyenne dans le processus de gouvernance locale

Au sortir de cet atelier, il est attendu des participants, des contributions pour l’amélioration du rapport de l’étude. De son côté, Ousséni Kagambèga, le consultant chargé de l’étude a fait savoir que des résultats importants ont été atteints par cette étude. « Des sommes importantes ont été transférées aux communes pour des investissements », a-t-il dit.

Selon ses explications, l’étude a démontré que les communes ont des difficultés à absorber les fonds. « Quand on regarde des communes comme Bagassy, Houndé, Sabcé, Boudry, nous voyons que ces communes ont reçu beaucoup d’argent, mais l’absorption a eu vraiment de difficultés », a dit Ousséni Kagambèga.

Ousséni Kagambèga, le consultant chargé de l’étude

Il faut noter que l’étude a porté sur la période de 2017 à 2022. Les résultats montrent que la production d’or est de 59,8 tonnes en moyenne par an sur la période sous revue et elle affiche un accroissement annuel moyen de 5% sur la période de 2017-2022.

On note également que la contribution du secteur minier aux recettes publiques du Burkina Faso de 2017 à 2021 (données de 2022 non disponibles) s’élève à 988,953 milliards de francs CFA.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page