Burkina Faso : Un buste de Norbert Zongo dévoilé 25 ans après son assassinat

Les membres du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et ceux de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, là fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) ont déposé des gerbes de fleurs sur les tombes de Norbert Zongo et de ses compagnons d’infortune, ce 13 décembre 2023. Un buste à l’effigie de Norbert Zongo a également été dévoilé au Centre de Presse Norbert Zongo. En bas de ce buste, on peut lire « Norbert Zongo, mort pour la justice et la liberté ».

25 ans après, les organisations de la société civile burkinabè continuent de réclamer justice pour Norbert Zongo et ses compagnons. L’un des principaux accusés dans cette affaire, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, est actuellement en France.
Les autorités judiciaires européennes refusent l’extradition de ce dernier. Il faut noter qu’avant son assassinat, Norbert Zongo enquêtait sur la mort de David Ouédraogo, l’ancien chauffeur de François Compaoré. Dans le cadre de la commémoration du 25 anniversaire de ce crime communément appelé « le drame de Sapouy », un buste de Norbert Zongo a aussi été dévoilé au Centre national de presse Norbert Zongo.

Cette réalisation est le fruit de la collaboration entre le Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP-NZ), la Ligue pour la défense de la liberté de la presse et l’association Semfilm. Kam Sibiri Eric, membre de la Ligue pour la défense de la liberté de la presse et rapporteur de la commission d’enquête indépendante sur le dossier Norbert Zongo, a souligné que ce symbole vise à exprimer que la lutte pour la liberté d’expression perdure.

Par ailleurs, il s’est dit convaincu que l’affaire Norbert Zongo sera jugée. « L’affaire sera jugée et sans anticiper sur les juges eux-mêmes, je peux dire que François Compaoré sera condamné et ramené au Burkina Faso pour purger sa peine de prison dans les prisons du Burkina », a-t-il laissé entendre.

Abdoulaye Diallo, Coordonnateur du Centre de Presse Norbert Zongo, a expliqué que le buste sera temporairement retiré pour des finitions. À terme, il constituera le troisième symbole du CNP-NZ, aux côtés de la salle des conférences Henry Sebgo (nom de plume de Norbert Zongo) et de la Cellule Norbert Zongo pour le Journalisme d’Investigation en Afrique de l’Ouest.

13 décembre 1998

Sur place, Georgette Zongo, épouse Rouamba et sœur de Norbert Zongo, a tenu à remercier tous les acteurs qui s’investissent pour que justice soit rendue à Norbert Zongo et à ses compagnons. « La maman a dit que même si on ne juge pas, le bon Dieu va juger », a-t-elle ajouté.

En rappel, c’est le 13 décembre 1998 que le journaliste burkinabè, Norbert Zongo, et trois de ses compagnons ont été assassinés à Sapouy.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page