G5 Sahel : Une ‘’euthanasie’’ prévue après le départ des trois pays de l’AES

Après l’annonce du retrait du Mali et du Burkina Faso du G5 Sahel, le 1er décembre 2023, la République Islamique de Mauritanie et la République du Tchad, dans un communiqué conjoint rendu public le mardi 5 décembre 2023, ont annoncé l’activation de l’article 20 de la convention de création de l’organisation. Cet article prévoir les conditions de suppression de l’organisation.

Selon la convention de création du G5 Sahel, l’article 20 prévoit la dissolution de l’organisation à la demande d’au moins trois des Etats membres.

« Le G5 Sahel peut être dissout à la demande d’au moins trois États membres. La conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement prononce la dissolution à la majorité des Etats membres et arrête les modalités de dévolution des biens de l’organisation », indique l’article 20 en question.

Suite au retrait du Mali en 2023 et du Burkina Faso et du Niger, les deux Etats restants, notamment la Mauritanie et le Tchad, disent avoir pris « acte et respectent la décision souveraine des républiques sœurs ».

Par ailleurs, les deux Etats ont annoncé qu’ils « mettront en œuvre toutes les mesures nécessaires conformément aux dispositions de la Convention Portant Création du G5 Sahel notamment en son article 20 ».

« la République Islamique de Mauritanie et la République du Tchad entendent poursuivre leurs efforts, avec tous les pays du Sahel, pour relever les défis auxquels la région est confrontée », ont également assuré les deux Etats.

Créée en janvier 2014 dans le but de mutualiser les forces pour lutter efficacement contre les organisations terroristes dans le Sahel, le G5 Sahel n’a jamais pu atteindre ses objectifs. Dans le communiqué conjoint annonçant leur retrait de l’organisation, le Burkina Faso et le Niger ont déploré des « lourdeurs institutionnelles, des pesanteurs d’un autre âge » et « le diktat de quelque puissance » dont l’organisation est victime depuis sa création.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page