Burkina Faso : L’Arche Nongr-Maasem célèbre les talents des personnes en situation de handicap

Les responsables de l’Arche Nongr-Maasem ont célébré la Journée internationale des personnes handicapées en différé ce 4 décembre 2023 à son siège situé à Ouagadougou. C’était sous le thème « Action humanitaire inclusive au Burkina Faso : Quelles stratégies et modes d’action pour une prise en charge adéquate des personnes handicapées déplacées internes ? ».

Lors de cette célébration, les responsables de l’Arche Nongr-Maasem ont fait redécouvrir leurs locaux à leurs partenaires et aux parents de personnes en situation de handicap qu’ils prennent en charge. Il ressort que l’Arche Nongr-Maasem est organisée en trois volets, notamment un internat, un externat et une offre de prise en charge à domicile.

« Actuellement, l’Arche accueille 11 personnes à l’interne. D’autres sont ici à vie parce qu’ils n’ont pas de familles, ou encore, même s’ils ont des familles, ce sont des familles issues de couches très vulnérables. Nous avons 10 personnes à l’externe. Leurs parents les amènent le matin et reviennent les récupérer le soir. Nous prenons également plus d’une soixantaine de personnes à domicile », a fait savoir Joël Zangré, Directeur de l’Arche Nongr-Maasem.

Le jardinage, l’élevage, la saponification, l’artisanat d’art et l’athlétisme sont autant d’activités que les personnes en situation de handicap ont l’occasion d’apprendre à l’Arche Nongr-Maasem, en plus du suivi psycho-social et sanitaire. « Nous affectons chacun dans une activité, sur la base du talent qu’il possède », a expliqué Joël Zangré.

Des réalisations et trophées de membres de l’Arche Nongr Maasem – © Faso7

Une conférence a aussi été organisée autour du thème de cette célébration. À ce propos, le Directeur de l’Arche Nongr-Maasem a jugé que la situation des personnes en situation de handicap au Burkina Faso n’est pas très reluisante dans ce contexte sécuritaire difficile, surtout pour les personnes handicapées et déplacées internes.

« Les familles de ces personnes se lassent souvent d’accompagner leurs enfants. Également, dans notre contexte actuel, il y a une crise multidimensionnelle, et c’est très difficile pour l’Etat de mettre assez de moyens au profit des personnes handicapées. Quoi qu’on dise, nous sommes en communauté et nul ne doit être mis à l’écart », a fait comprendre.

« Pourtant, ce sont des personnes dont on tire beaucoup d’enseignements »

Rappelons que l’Arche Nongr-Maasem, qui existe depuis 1978, est une filiale de l’Arche International. Il s’agit d’une organisation fondée sur un modèle de vie communautaire inclusive pour les personnes en situation de handicap mental.

Alain Ouédraogo, représentant international pour l’Arche en Afrique de l’Ouest et en Haïti était présent lors de la célébration. Des occasions de ce genre permettent de renforcer le plaidoyer au profit des personnes handicapées et de mettre en lumière leur contribution au sein de la société en mettant en avant leurs talents, selon lui.

Joël Zangré (en blanc) aux côtés de Alain Ouédraogo – © Faso7

« L’un des éléments fondamentaux de l’Arche, c’est de révéler les talents des personnes qui ont un handicap intellectuel. On peut penser que ce sont des personnes qui n’ont rien à apporter à la société. Pourtant, ce sont des personnes dont on tire beaucoup d’enseignements lorsqu’on les côtoie. Par exemple, nous avons un athlète qui a remporté plusieurs médailles en course », a expliqué le représentant, tout en appelant à dépasser les barrières de la stigmatisation, afin d’accepter et soutenir les personnes en situation de handicap intellectuel.

Les Nations Unies célèbrent depuis 1992 la Journée internationale des personnes handicapées, chaque 3 décembre.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page