Guillaume Soro : « Il a fallu que ce soit un gouvernement militaire au Niger qui me permette de fouler ma terre chérie »

Guillaume Soro, ex-chef rebelle, ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, a été reçu par le président de la Transition du Niger, le général Abdourahmane Tiani,  le lundi 13 novembre 2023 à Niamey au Niger.

Après 5 ans d’exil hors du continent africain, Guillaume Soro a foulé le sol africain, précisément Niamey le samedi 11 novembre 2023. Il a ensuite été reçu par le président de la Transition du Niger, le général Abdourahmane Tiani, le 13 novembre.

A sa sortie d’audience, Guillaume Soro  a traduit sa « gratitude » à l’endroit du « peuple valeureux, vaillant » nigérien, selon l’Office de radiodiffusion télévision du Niger, la télévision publique.

« Ce sont des mots de gratitude à l’endroit de ce peuple valeureux, vaillant. Ensuite, à travers et au-delà de ce peuple, aux dirigeants de la Transition, au président de la Transition, qui m’a reçu avec beaucoup d’amitié, avec beaucoup de considération et de respect, comme quoi, on est jamais prophète chez soi », a déclaré l’ancien Premier ministre ivoirien très amaigri.

En exil depuis cinq ans, Guillaume Soro a aussi salué la décision du pouvoir de Niamey d’avoir permis son retour sur [sa] « ancestrale d’Afrique ».

« Je suis en exil depuis 5 longues années. Il a fallu que ce soit un gouvernement militaire au Niger qui me permette de fouler ma terre chérie, ancestrale d’Afrique, au moment où les gouvernements prétendument démocratiquement élus, aucun n’a osé me recevoir », a fait savoir Guillaume Soro.

Le Burkina Faso avait lancé un mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro

Dans une déclaration, Guillaume Soro, avait déclaré avoir échappé le 3 novembre 2023 à une tentative de kidnapping à l’aéroport international d’Istanbul. Cette tentative, selon ses mots, a été orchestrée par Alassane Ouattara, le Président ivoirien.

En rappel, en son absence, Guillaume Soro a été condamné le mercredi 23 juin 2021 à Abidjan, à la prison à perpétuité pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » pour des faits commis fin 2019.

Guillaume Soro et 19 de ses partisans étaient accusés de complot, tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat ainsi que de diffusion et publication de nouvelles fausses jetant le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement, ayant entraîné une atteinte au moral des populations.

Par ailleurs, le Burkina Faso avait lancé un mandat d’arrêt international le 8 janvier 2015 contre Guillaume Soro dans la procédure judiciaire enclenchée après le Coup d’Etat de Septembre 2015 qui avait porté momentanée le général Gilbert Diendéré au pouvoir.

Un enregistrement audio de deux voix (Djibrill Bassolé et Guillaume Soro) semblant soutenir le putsch a été publié sur les réseaux sociaux et ensuite diffusé durant le procès en 2019. Les deux voix y développent différentes actions à mener pour faire réussir le coup d’Etat. Toutefois, ces derniers ont nié l’authenticité de cette écoute.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page