Santé mentale au Burkina Faso : 3 958 patients améliorés sur 4 827 reçus par Médecins Sans Frontières au 1er semestre de 2023

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale célébrée chaque 10 octobre, l’organisation médicale Médecins San Frontières a tenu une rencontre d’échange avec les professionnels des médias ce mardi 10 octobre 2023. L’objectif visé à travers ce rendez-vous est de renforcer les connaissances des journalistes sur l’organisation, la collaboration entre les deux entités et des échanges approfondis sur la santé mentale.

« La santé mentale : un droit humanitaire et universel », c’est sous ce thème qu’est célébrée la Journée mondiale de la santé mentale pour l’année 2023. Pour cette date, Médecins Sans Frontières a voulu marquer d’une pierre blanche la célébration au Burkina Faso. Et pour y arriver, l’organisation médicale a opté pour échanger avec les professionnels des médias sur la question. Une occasion pour raffermir les liens entre elle et les journalistes.

Selon le premier responsable de l’organisation au Burkina Faso, Aimé Makiméré, « l’objectif du présent café de presse est de montrer l’importance de cette thématique qui prend de plus en plus de l’ampleur dans les pays en conflit et dans les pays sous développés ». Il a également souligné que c’est pour profiter du canal de la presse pour tirer la sonnette d’alarme afin que des moyens puissent être mis dans la lutte contre ces maladies.

Aimé Makiméré, Chef de mission de MSF au Burkina Faso

Il a par ailleurs invité les populations à fréquenter les centres sanitaires et les professionnels de santé pour que le personnel médical puisse desceller les cas de maladies mentales. Aimé Makiméré a ensuite rappelé que toutes les interventions de Médecins Sans Frontières sont faites en collaboration avec le département en charge de la santé.

Face à la crise sécuritaire qui a engendré des millions de déplacés internes au Burkina Faso, la question de la santé mentale mérite une attention particulière, selon Médecins Sans Frontières. Pour se justifier, l’organisation soutient que selon l’Organisation mondiale de la santé, il est prévu une élévation des troubles mentaux dans les populations adultes touchées par les conflits passant de 3% à 17 voire 20%. L’urgence de la situation est donc évidente, selon les propos de la responsable de la santé mentale au sein de Médecins Sans Frontières, Estelle Metsago.

Selon ses explications, Médecins Sans Frontières « travaille dans des contextes ou le niveau de prise en charge des troubles mentaux et des problèmes psychosociaux est extrêmement faible ». Aussi, elle a dénoncé l’indisponibilité des traitements et les violations graves des droits humains. Du côté de Médecins Sans Frontières, ce sont 4 827 patients qui ont été reçus au premier semestre de 2023. Sur ce chiffre, ce sont 82% des patients, soit 3 958 patients qui ont été améliorés.

En apport avec les activités de l’organisation médicale, il faut noter qu’entre janvier et juin 2023, ce sont 61 203 prises en charge du paludisme faites, 80 819 consultations prénatales, 20 976 prises en charge psychologiques, 115 803 consultations des enfants de moins de 5 ans et plus de 323 000 consultations tout âge confondu. Médecins Sans Frontières intervient dans 60 pays à travers le monde depuis 1971. Au Burkina Faso, son intervention est vieille de 25 ans.

💡BON A SAVOIR SUR LA SANTÉ MENTALE💡

  • Demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse mais de force
  • Être en bonne santé mentale ne veut pas dire ne pas avoir de problème
  • Présenter un trouble mental n’exclut pas de se sentir bien
  • Les troubles mentaux touchent les hommes et les femmes de tous les âges
  • 13% de décès dans le monde sont dus à un trouble mental
  • 75 à 80% des personnes souffrantes d’un trouble mental n’ont pas accès aux soins de santé mentale

Quels sont les signes d’alertes ?

 Chez l’adulte :

     Dépression, irritabilité, saut d’humeur,

     Angoisse, tristesse, fatigue Inexpliquée

     Peur et anxiété, Retrait, isolement

     Consommation abusive de substance

     Sentiment d’impuissance

     Trouble de sommeil, trouble alimentaire

     Douleurs physiques sans causes organiques

     Trouble de concentration, de mémoire

Chez l’enfant :

     Excès de pleurs

     Troubles de sommeil (cauchemars, etc)

     Agressivité même envers les parents

     Hyperactivités

     Baisse du rendement scolaire

     Énurésie

Source : MSF

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page