2e phase des soutenances à l’ISTIC : Le ministre Jean-Emmanuel Ouédraogo salue la pertinence des thèmes

L’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) organise la deuxième session des soutenances de l’année académique 2022-2023 pour l’obtention du diplôme de Conseiller en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication, les 25 et 26 septembre 2023. Vingt-quatre conseillers stagiaires sont inscrits pour cette session qui se tient sous le parrainage du ministre en charge de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo.

Le ministre a pris part à la soutenance inaugurale, présentée par l’étudiant Wendyam Achille Kaboré, sur le thème : « Les programmes de la RTB dans le contexte de la crise sécuritaire au Burkina Faso de janvier à décembre 2022 ». Pendant la période considérée, la RTB a diffusé peu de productions pertinentes portant sur la crise sécuritaire en cours, selon l’impétrant.

Wendyam Achille Kaboré-©Faso7

De ce qui précède, Wendyam Achille Kaboré estime que la RTB Télé peut améliorer ses programmes en prenant en compte les attentes des téléspectateurs. Il suggère d’abord la révision des grilles de programme en mettant en avant la sensibilisation sur la situation sécuritaire.

Ensuite, il propose que l’organisation renforce les capacités de ses journalistes par des formations sur les techniques de collecte de l’information en période de crise et en facilitant leurs déplacements sur le théâtre des opérations. Wendyam Achille Kaboré estime aussi que le budget annuel de la RTB doit être revu à la hausse et qu’il faut encourager les productions en langues nationales.

« Ce sont des travaux qui sont en phase avec les préoccupations du moment »

À la suite de cette présentation, le ministre est allé prendre une autre soutenance en cours. Il s’agit de celle de l’étudiante Marguerite Bationo, portant sur la communication gouvernementale dans la gestion du drame de la mine de Perkoa. En gros, elle est parvenue à la conclusion que le Gouvernement a su gérer la communication à cette époque.

L’étudiante suggère tout de même au gouvernement d’informer avec sincérité l’opinion après avoir réuni toutes les informations sur les crises, de gérer les situations dramatiques dans la sérénité, d’adapter la communication au contexte de chaque crise, d’élaborer un plan de communication de crise et de disposer d’un manuel d’urgence.

La directrice générale de l’ISTIC aux côtés du ministre-©Faso7

Au sortir de ces soutenances, Jean-Emmanuel Ouédraogo a jugé que les thèmes abordés sont pertinents étant donné qu’ils prennent en compte le contexte de crise sécuritaire au Burkina Faso. « Ce sont des travaux qui sont en phase avec les préoccupations du moment et certainement les résultats pourront également contribuer d’une manière ou d’une autre à une bonne appréciation de la situation », a-t-il déclaré.

Quant au Dr Alizèta Ouoba, directrice générale de l’ISTIC, elle a indiqué que les travaux des 24 conseillers vont impacter le dynamisme du secteur de la communication. « Ces 24 conseillers qui soutiennent représentent la crème de l’administration, parce que ce sont des futurs cadres qui vont servir dans nos médias », a-t-elle jugé.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page