Le Faso danfani comme tenue scolaire : « Aucun élève ne devrait être renvoyé de l’école parce qu’il n’a pas pu obtenir une tenue scolaire » (Joseph André Ouédraogo).

« Le port de la tenue en Faso Dan Fani sera une démarche flexible et non obligée ». C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Education nationale de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), Joseph André Ouédraogo, ce vendredi 11 août 2023 à Ouagadougou.

La phase pilote du projet démarre à la rentrée 2023-2024 et concernera les élèves du primaire, du post-primaire, du secondaire du public et du privé de 3  communes urbaines dont Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou et dans une commune rurale, Sabou. Le jour de port de cette tenue est le lundi, jour retenu pour la montée des couleurs.

Le ministre a assuré que ce n’est pas un caractère « contraignant». « Aucun élève ne devrait être renvoyé de l’école parce qu’il n’a pas pu obtenir une tenue scolaire », selon lui.

« L’idéal est que les élèves viennent parer en Faso Dan Fani intégral. Si un élève vient à la rentrée avec un haut en Faso Dan Fani, il faut l’encourager. Si un élève vient en demi-saison, qu’on accepte et même s’il ne vient pas avec, on va tolérer », a-t-il précisé.

De l’avis du ministre André Joseph Ouédraogo, le port du Faso Dan Fani en tenue scolaire se fera par étape. Ainsi, à partir de la rentrée scolaire 2024-2025, ce port de  Faso Dan Fani s’élargira  à toute la province du Kadiogo, du Houet et du Boulkiemdé, pour le primaire, le post-primaire et le secondaire.

A la rentrée 2025-2026, toutes les régions du centre, des Hauts-Bassins et du Centre-Ouest et tous les ordres d’enseignement et structures de formation seront concernés. A la rentrée 2026-2027, toutes les écoles du Burkina Faso devraient être couvertes par la mesure du port de la tenue scolaire en Faso Dan Fani.

« La subvention de la tenue n’est pas une solution réaliste », a déclaré Joseph André Ouédraogo, ministre en charge de l’éducation nationale.

En ce qui concerne les modèles des pagnes, la texture, la couleur et les motifs, ils ne sont pas imposés et sont laissés au libre choix des établissements en concertation avec les parents d’élèves.

Le ministre chargé de l’Education a aussi laissé entendre que le gouvernement soutient déjà l’éducation à travers la gratuité. Par conséquent, « la subvention de la tenue n’est pas une solution réaliste », a-t-il indiqué pour répondre à la préoccupation de savoir si les tenues scolaires seront subventionnées par le gouvernement.

Sur la question liée à la difficulté de disponibilité du fil de tissage, le ministre a été clair en déclarant que les « acteurs du fil ont juré sur tous les dieux qu’ils seront au rendez-vous ».

Sur cette option de la tenue scolaire en Faso Dan Fani, le ministre a laissé entendre, qu’elle obéit à une forte aspiration des Burkinabè à valoriser la cotonnade locale, à remettre à l’ordre du jour le mot d’ordre « Produisons burkinabè et consommons burkinabè » et à se réapproprier une identité et à valoriser un patrimoine culturel.

Il a conclu en appelant les Burkinabè à soutenir cette mesure de promotion de la tenue scolaire en Faso Dan Fani, à en faire une affaire de tous, et à porter fièrement cette belle tenue, héritage des devanciers et fruit des labeurs du peuple et du travail des tisseuses et couturiers burkinabè.

En rappel, la promotion du port de la tenue scolaire en Faso Dan Fani a été décidée en Conseil des ministres, le mercredi 8 août 2023.

Lire aussi➡️ Burkina Faso : Introduction du port du Faso Dan Fani en milieu scolaire dès la rentrée scolaire 2023-2024

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page