Entrepreneuriat communautaire : L’APEC explique le programme aux populations de la région du Centre

L’Agence pour la Promotion de l’Entrepreneuriat Communautaire (APEC) a organisé une conférence publique sur l’entrepreneuriat communautaire, ce samedi 8 juillet 2023 au palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guingané, au profit de la population de la région du Centre. La conférence a porté sur le thème : « Présentation du programme de l’entrepreneuriat communautaire pour un développement endogène et inclusif ».

Dans sa communication, Karim Traoré, directeur général de l’APEC a expliqué aux participants l’importance et l’intérêt de l’entrepreneuriat communautaire pour le développement du Burkina Faso. Selon lui, le programme de l’entrepreneuriat communautaire vise à créer des richesses, en transformant les matières premières, et à lutter contre le chômage des jeunes. Son but est de tendre vers l’autonomie et le développement du pays en se basant sur les ressources propres et l’intelligence des fils et filles du pays.

Ainsi, quatre projets ont été identifiés pour la première phase du programme, avec un budget de 100 milliards de F CFA. Il s’agit de la création deux unités de transformation de tomate, en plus de celle du SOFATO ; la création d’une société minière d’exploitation semi-mécanisée de l’or, sur trois sites ; et la création d’une centrale d’achat des produits locaux.

Concernant le démarrage des travaux du projet, Karim Traoré a laissé entendre qu’il interviendra autour du mois de septembre 2023. « Nous n’allons pas attendre de mobiliser l’ensemble des cent milliards, mais dès que nous mobiliserons l’équivalent d’un projet entier, nous le démarrerons. (…) Nos ambitions, c’est de tendre vers cent mille forages dans deux ans, ce qui donnera autour d’un million d’emplois directs au profit des jeunes et des agriculteurs. Donc, notre but est véritablement d’atteindre la sécurité alimentaire des Burkinabè d’ici deux ans », a indiqué le directeur général de l’APEC.

Saluant l’engouement de la population à souscrire pour le financement des quatre projets, Karim Traoré a indiqué que l’APEC enregistre à ce jour mille souscriptions par semaine. « Nous sommes dans une très bonne dynamique et nous sommes surpris de voir que les Burkinabè, spontanément, font confiance au programme en venant par milliers, chaque semaine, pour effectivement faire les droits d’adhésion et prendre des parts sociales », a-t-il fait savoir.

Au cours de cette activité, il a rassuré les participants que les sommes collectées seront traitées convenablement, car, selon les textes, l’APEC est soumise au contrôle de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC), de la Direction générale des finances et de la Cour des comptes.

Il faut noter que pour souscrire au programme d’entrepreneuriat communautaire par actionnariat populaire, il faut d’abord payer les frais d’adhésion à l’APEC qui s’élève à 5 000 F CFA. Une fois l’adhésion effectuée, l’adhérent peut souscrire au nombre d’action qu’il souhaite. Chaque action s’acquiert à 10 000 F CFA.

Lazard KOLA
Faso7

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page