Examens scolaires 2023 : La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) relève de ‘’graves problèmes’’

Ceci est une déclaration de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) sur l’organisation des examens scolaires, session de 2023. Le CNSE comprend : FESEB – F-SYNTER – SATEB- SNEA-B – SNEP – SNESS- SPESS- STAGE – SYNAPAGER-SYNAPEP- SYNATEB- SYNATRAS – SYNATRENF –  SYNAVS – SYNTAS.

L’organisation des examens scolaires de la session de 2023 aussi bien au niveau du primaire que du post-primaire et secondaire est émaillée de graves problèmes. La CNSE qui suit avec beaucoup d’attention cette situation, et en attendant d’y revenir avec une analyse plus approfondie, par ce communiqué voudrait prendre l’opinion à témoin sur les conséquences dommageables qu’elle produit et produira pour la qualité de l’organisation des examens et éventuellement la crédibilité des diplômes qui en seront issus.

En effet, il est apparu :

  • de sérieuses difficultés liées au logiciel de gestion des examens ayant entrainé divers problèmes dans l’administration et dans la proclamation des résultats des examens du BEPC, du BEP, du CAP et du CEP. Ainsi, la non stabilité du logiciel et sa non maîtrise par les acteurs impliqués dans le déroulement des examens, entre autres, ont été sources de multiples problèmes dont on peut imaginer les conséquences. Les difficultés de gestion des listes des candidats dans les centres d’examen, des anonymats, de proclamation des résultats en sont une illustration éloquente ;
  • la publication des listes des examinateurs avec toutes les informations les concernant sur les réseaux sociaux, traduisant un cafouillage et violant le principe de confidentialité de la convocation qui constitue un aspect important permettant de minimiser les risques de manipulations ;
  • la non disponibilité des convocations pour les examinateurs de l’examen du Baccalauréat à la veille de l’administration des épreuves ;

Tout ceci dénote, sans conteste, soit d’une véritable insuffisance dans la préparation des examens, soit d’une incapacité des acteurs de la chaine de préparation, soit d’un acte de sabotage. Aucune de ces options ne peut être acceptée, ni tolérée au regard du contexte actuel qui prévaut dans notre pays et des sacrifices extrêmement incommensurables que la communauté éducative a consenti sur le terrain pour conduire une année scolaire des plus difficiles à terme.

Aussi, la CNSE condamne cette situation gravissime qui porte d’énormes germes à même d’entacher la crédibilité des examens scolaires dans notre pays. Elle exige des autorités :

  1. Une communication transparente sur les raisons qui ont prévalu à la survenue de ces problèmes dans l’organisation des examens scolaires, tout ordre confondu, afin de lever tout équivoque quant à leur impact sur la crédibilité desdits examens ;
  2. La prise de dispositions pour situer les responsabilités liées ces manquements afin d’en tirer toutes les conséquences ;
  3. La résolution rapide de l’ensemble de ces problèmes et/ou la prise en charge de leurs conséquences sur les candidats, les examinateurs et le système d’organisation des examens scolaires.

Par ailleurs, la CNSE invite les structures et militant(e)s à recenser tous les problèmes rencontrés dans l’organisation des examens scolaires de la session de 2023 et leurs conséquences immédiates, à moyen et long terme afin de les lui communiquer.

Fait à Ouagadougou, le 19 Juin 2023.

Pour la CNSE

 

 

Souleymane BADIEL

Le Coordonnateur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page