Burkina Faso : Des journalistes scientifiques outillent leurs confrères

Le Burkina Faso est l’un des pays où les chercheurs sont productifs, mais très peu de citoyens connaissent ces productions qui sont pourtant bien connues à l’international. Cette situation qui préoccupe les journalistes scientifiques, leur a conduit à organiser une formation ce jeudi 27 avril 2023, pour maîtriser le domaine et permettre aux populations de connaître et comprendre les productions des chercheurs burkinabè à travers leurs écrits.  

Cette formation scientifique de l’association des journalistes/communicateurs scientifiques du Burkina a réuni une dizaine de personnes et a été animée par le Pr Jacques Simporé, professeur titulaire de biologie moléculaire et de génétique moléculaire.

Selon lui, les scientifiques, dans leurs laboratoires, parlent un latin nouveau que personne ne comprend. C’est aux journalistes qu’ils peuvent confier leurs découvertes pour qu’ils les transmettent à leur tour à la société civile.

« C’est pour pouvoir éclairer les communicateurs, les journalistes pour que ça soit comme des outils, quand ils vont parler aux gens, qu’ils puissent parler bien. Sinon, ce n’est pas évident. On ne peut pas tout connaître (…). En vous formant dessus, on pense que vous allez pouvoir transmettre le message que nous voulons que vous transmettez, la science », a déclaré le Pr Simporé.

« C’est pour  pouvoir éclairer les communicateurs, les journalistes » (Pr Jacques Simporé, professeur titulaire de biologie moléculaire et de génétique moléculaire) -©Faso7

Il s’agit pour les journalistes et communicateurs scientifiques de pouvoir transmettre à la société, les résultats des recherches et expliquer au peuple, la vérité à travers les informations issues de l’exploitation des écrits scientifiques certifiés.

Karim Namoano est le coordonnateur de l’Association des journalistes et communicateurs du Burkina. Selon lui, cette rencontre d’échanges entre journalistes/communicateurs et chercheurs est initiée pour aborder des questions et des problématiques qui se posent aujourd’hui avec « beaucoup d’acquitté ».

« Quand on parle de biotechnologie, quand on parle d’intelligence artificielle, quand on parle de génies génétiques et de la recherche sur la biologie moléculaire, ce sont des recherches qui sont parfois abstraites pour des journalistes », a-t-il laissé entendre.

« Quand on parle de génies génétiques et de la recherche sur la biologie moléculaire, ce sont des recherches qui sont parfois abstraites pour des journalistes  » (Karim Namoano) -©Faso7

A travers cette rencontre, il s’agit de permettre aux journalistes de « poser toutes ces questions et qu’ils puissent également avoir l’opportunité de les poser aux chercheurs et avoir des réponses qui vont les guider dans l’écriture de leurs articles et dans la participation au débat qu’ils auront », a expliqué Karim Namoano.

Cette formation d’une journée sera aussi l’occasion pour les chercheurs d’orienter les journalistes et les guider dans les productions d’articles scientifiques qui pourraient davantage éclairer les besoins d’information des citoyens.

Divers thèmes seront développés au cours de cette journée. Il s’agit de la convergence des sciences et des technologies vers la personne humaine , la biologie moléculaire, génétique moléculaire, biotechnologique et bio-informatique, bioéthique, éthique et la recherche.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page