Aziz Nignan, PCA de SOFATO, déroule la vision de l’Agence de promotion de l’économie communautaire (APEC)

Ce samedi 9 avril 2023 à Ouagadougou, Aziz Nignan Président du Conseil d’administration (PCA) de la Société Faso Tomate (SOFATO) était invité d’honneur pour le lancement du Sommet des Jeunes Entrepreneurs Panafricains (SOJEA), porté par l’association Entreprendre En Afrique. Il a évoqué la question de l’Agence de promotion de l’économie communautaire (APEC) dont la création a été décrétée au cours du Conseil des ministres du 8 février 2023.

SOFATO est le partenaire technique du projet auprès de l’État, selon Aziz Nignan. « Notre mission, c’est la stratégie de mobilisation et de mise en place des entreprises communautaires. Nous, on ne gère pas l’argent, c’est le ministère des Finances qui va gérer l’argent », a-t-il dit.

L’APEC sera placée sous la tutelle de Présidence du Faso et son directeur général a été installé le 6 avril 2023, a-t-il également indiqué.

Le PCA de SOFATO a ajouté que la vision de l’APEC est de promouvoir et de créer des entreprises communautaires par actionnariat populaire. « La vision, c’est d’économiser trois-cents milliards en trois mois et de créer des entreprises communautaires qui vont impacter quatre secteurs ; l’agriculture, l’énergie, l’industrie et les mines », a-t-il laissé entendre concernant la première phase du projet.

Parmi les trois-cent milliards qui seront réunis, cent milliards seront investis dans l’agriculture, afin de développer la petite irrigation, d’après les prévisions d’Aziz Nignan. « Chaque région sera dotée de cinq machines à forer. Dès qu’on fait les forages, vous payez sur cinq ans », a-t-il fait savoir.

Un mine d’or au nom du Burkina Faso

Poursuivant, le PCA de SOFATO a indiqué que cent autres milliards iront dans l’industrie. Il a expliqué en six points comment cette somme sera utilisée.

Pour le premier point, le PCA de SOFATO a fait comprendre que l’imprimerie sera restaurée au Burkina Faso, pour réduire les coûts d’impression de l’État, par manque de technologie. « Nous allons faire la plus grande imprimerie en Afrique au Burkina Faso », a déclaré Aziz Nignan.

Deuxièmement, le PCA de SOFATO a ajouté sur le volet industriel, que quarante milliards seront investis pour la mise en place d’une fabrique d’engrais agricoles à Kaya, à base du Phosphate de Korsimoro par exemple.

Il a fait savoir en troisième lieu que les textiles tels que les lingettes, les pagnes et les couches seront bientôt produits au Burkina Faso, grâce au projet.

Quatrièmement, Aziz Nignan a aussi annoncé qu’à travers l’APEC, le Burkina Faso aura une mine d’or dont il est le seul propriétaire. « Cinquièmement, c’est l’extension de SOFATO. Nous allons faire SOFATO dans toutes les treize régions », a-t-il ajouté.

Sixièmement, Aziz Nignan a fait savoir que cinquante milliards seront injectés pour l’exploitation du solaire dans toutes les treize régions, afin d’alimenter les industries locales.

De l’obligation d’avoir un numéro souscripteur

Par ailleurs, le PCA de SOFATO a annoncé qu’une réserve de cinquante milliards sera prise pour encourager les entreprises locales qui ont des initiatives de création d’emplois, à travers le système de portage.

« Nous voulons mettre en place la BIC, la Banque d’investissement communautaire. Nous allons quantifier tout là-bas. Les gens peuvent souscrire et aller prendre leurs dividendes. Ça veut dire que si tu veux ton argent, le dividende minimale est 10%. Si tu mets cent mille, par an si tu n’as pas eu, c’est dix mille », a-t-il expliqué.

Aziz Nignan a précisé que tous ceux qui voudront avoir un lien avec une des entreprises communautaires devront obligatoirement avoir un numéro souscripteur.

« Ça sera vraiment du jamais vu en Afrique »

Au minimum trente millions de Burkinabè sont attendus autour du projet de l’APEC, dont le lancement officiel aura lieu le 1er mai 2023 par le chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré, selon Aziz Nignan. « Un million d’emplois dans l’agriculture, dix-mille emplois dans les industries. Ça, c’est pour la première phase des entreprises communautaires », a-t-il ajouté.

Une communication de masse sera effectuée pendant trois mois après le lancement officiel du projet, afin que toutes les populations soient informées, à en croire Aziz Nignan. « Ça sera vraiment du jamais vu en Afrique », a-t-il jugé.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page