Burkina Faso : Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ouvre ses portes au public 

« Avançons sur la promesse de la liberté, d’égalité et de justice pour tous », c’est sous ce thème que le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) a organisé ses 48 heures de portes ouvertes. Débutée ce jeudi 02 mars 2023 à Ouagadougou, cette activité rentre dans le cadre de la commémoration du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), ainsi que le 30e anniversaire de la Déclaration et du programme d’action de Vienne.

Depuis son établissement le 6 octobre 2021, à la suite d’un accord entre le gouvernement burkinabè et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, le bureau du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a mené plusieurs activités. Selon Abdouraouf Gnon-Kondé, Coordonnateur résident/coordonnateur humanitaire par intérim du système des Nations unies, cette activité est particulièrement importante dans le cadre du lancement des activités marquant la commémoration du 75e anniversaire de la Déclaration universelles des droits de l’homme.

« Après au moins un an d’activités, il était important pour ce bureau d’ouvrir les portes toute grandes pour que tous les acteurs viennent découvrir davantage ce que fait ce bureau dans l’accompagnement que le bureau apporte aux autorités par rapport à une thématique aussi complexe parce qu’on parle de droits de l’homme », a-t-il laissé entendre.

A cet effet, le Haut-commissariat a pour mandat « de surveiller les droits de l’homme sur toute l’étendue du territoire burkinabè. Egalement, de renforcer les capacités des acteurs étatiques et non étatiques, le gouvernement, la société civile ainsi que la prise en compte des droits de l’homme dans tout ce que font les Nations Unies », a mentionné Zeinab Hamza Diaby, Représentante du HCDH au Burkina Faso.

Selon elle, la situation sécuritaire du Burkina Faso impacte beaucoup les droits de l’homme et cela nécessite l’accompagnement du Haut-commissariat des droits de l’homme. « Le contexte sécuritaire actuel est très complexe et nous avons pour objectif d’accompagner le gouvernement à prendre en compte les droits de l’homme dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme. Nous faisons vraiment de notre mieux pour que le gouvernement puisse prendre en compte les droits de l’hommes afin de les intégrer dans le cadre de leurs opérations », a confié la Représentante du HCDH au Burkina Faso, Zeinab Hamza Diaby.

Au cours du lancement de ces journées portes ouvertes, Abdouraouf Gnon-Kondé a également saisi l’occasion pour préciser l’état des relations entre le Burkina Faso et les Nations unies. « Le Burkina Faso est un pays membre du système des Nations unies. Nos relations ne peuvent être que les meilleures parce que nous sommes là pour tout faire pour que l’expertise apportée par les agences, par les fonds, par les programmes y compris le bureau des droits de l’homme soit à la disposition des autorités pour travailler à offrir un cadre qui permet de prendre en charge les aspirations meilleures des populations », a-t-il fait savoir.

A noter que le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme entend tenir un évènement chaque mois jusqu’au 10 décembre 2023.

Bernadette KAMBIRE (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page