Plan International Burkina Faso : 16 jours d’activisme organisés contre les violences basées sur le genre

La Représentante résidente de Plan International Burkina Faso, Anika Krstic, a officiellement lancé une campagne de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles, ce 25 novembre 2022 à Ouagadougou. Cette initiative est placée sous le thème, « TOUS UNIS ! L’activisme pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles ».

L’ONG Plan International Burkina Faso compte mener des activités de lutte contre les violences envers les femmes et les jeunes filles, à partir du 25 novembre qui est la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, jusqu’au 10 décembre 2022, Journée internationale des Droits humains.

« Le temps de la parole est révolu » -©Faso7

Au programme de ces 16 jours d’activisme, l’organisation et son Conseil consultatif de Jeunes, ont prévu de faire de la sensibilisation à travers des émissions médiatiques, des séances de partages d’expériences, des débats communautaires, des formations et des panels, dans des villes comme Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Kaya, Sapouy, Gaoua et Koupéla.

« Au sein du Conseil consultatif des Jeunes, le temps de la parole est révolu. Il est temps d’agir contre les violences faites aux femmes », a déclaré Wahabou Oubda, Président du Conseil consultatif des Jeunes de Plan International Burkina Faso.

« Une nouvelle génération de filles et de femmes va grandir dans un monde d’inégalité »

C’est Anika Krstic, Représentante résidente de Plan International au Burkina Faso, qui a donné le top départ de cette campagne. Donnant son mot, elle a commencé par indiquer qu’en 2022, les statistiques démontrent qu’il faut 132 ans d’action pour arriver à l’égalité entre les genres, alors qu’en 2020, il fallait 100 ans.

« Une nouvelle génération de filles et de femmes va grandir dans un monde d’inégalité, qui permet et propage toute sorte de violence à l’égard des femmes et les filles », a-t-elle déploré tout en mentionnant que la plupart des violences contre les femmes sont perpétrées par le mari ou le partenaire intime actuel ou passé.

De ce qui précède, Anika Krstic a rappelé que les femmes ont toujours eu un rôle central dans les activités et initiatives de Plan International, qui se donne pour mission de promouvoir le leadership féminin et l’éducation des filles.

« L’initiative des 16 jours d’activisme est une occasion unique pour nous de nous mettre au service du bien-être de la communauté. Nous sommes aux côtés des filles et des femmes qui doivent pouvoir exercer leurs droits sans crainte de violence ou d’intimidation parce que les filles ont le droit de prendre des décisions concernant leur propre corps, leur vie et leur avenir », a déclaré la Représentante résidente de Plan International au Burkina Faso.

Arriver à oranger le monde

Précisons que cette campagne d’activisme entre dans cadre de la campagne de Plan International Burkina Faso, comptant pour le dernier trimestre de l’année 2022, intitulé « Les Filles Impactent ». C’est également une initiative préparatoire de la stratégie 2024-2027 de l’organisation, qui va porter sur le thème « Toutes les filles, fortes pour transformer le monde ».

Francine Kouma -©Faso7

Pour clore, Francine Marina Kouma, membre du Conseil consultatif des Jeunes de Plan International Burkina Faso a tenu à passer un message. « Il faut que nous arrivions à oranger le monde afin qu’il n y ait aucune violence basée sur le genre dans le monde, qu’il n y ait aucune violence tout court », a-t-elle laissé entendre.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page