Burkina Faso : A Ouagadougou, des manifestants ont réclamé le départ de l’armée et de l’ambassadeur français

Des manifestants ont réclamé à Ouagadougou ce 18 novembre 2022 le départ de l’armée et de l’ambassadeur français du Burkina Faso.

Des manifestants ont sillonné  des artères de Ouagadougou, la capitale burkinabè, ce 18 novembre 2022 pour réclamer le départ de l’ambassadeur et de l’armée français du territoire burkinabè.

Des jets de pierre ont été observés contre le siège de l’ambassade de France sur l’Avenue de l’Indépendance au cours de la journée. Certains manifestants se sont également dirigés vers le camp de l’armée française à Kamboissin, selon nos confrères de Minute.bf et des témoins.

A 14h, des manifestants étaient toujours aux alentours de l’ambassade de France. Certains faisaient des jets de pierre vers la bâtisse.  De l’intérieur de l’ambassade, quelques tirs de gaz lacrymogène ripostaient. Aux détonations des gaz lacrymogènes, certains manifestants prenaient la poudre d’escampette avant de revenir.

Intervention des forces de l’ordre

À 14h42mn, des manifestants ont commencé à barrer les sorties des rues Nongremasson et Emmanuel Ouédraogo, menant vers l’ambassade de France au Burkina Faso.  Le passage était seulement autorisé aux éléments des Forces de défense et de sécurité. 

L’ambassade de France ce 18 novembre 2022 – Faso7

À 14h 44mn, une patrouille de la Gendarmerie est arrivée sur les lieux, puis une seconde et une troisième. C’est aux environs de 15h10 que ces forces de l’ordre ont commencé à disperser les manifestants à coups de gaz lacrymogènes, suivi de course-poursuites.

A noter que selon nos confrères de Minute.bf, un peu plus tôt dans la journée, des soldats burkinabè ont pris langue avec les manifestants au niveau de l’ambassade française aux fins de mettre fin à leur manifestation et les assurer que leur message sera entendu. Mais sans grand succès. 

Ces derniers mois ont été marqués par des manifestations hostiles à la présence de l’armée et de l’ambassadeur français au Burkina Faso. En août 2022, des manifestants exigeant le départ de l’ambassadeur de France au Burkina ont été chassés par la police. Le 28 octobre 2022, une autre manifestation avait eu lieu à Ouagadougou pour réclamer la fin de la présence française au Burkina Faso.  L’ambassade de France et deux instituts français à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso ont essuyé la colère de manifestants à l’occasion du coup d’Etat de septembre 2022.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page