Putsch du 16 septembre 2015 : Une « réédition » à travers le putsch du MPSR selon Élie Tarpaga

La section de Ouagadougou de la Coordination des comités de défense et d’approvisionnement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP Ouagadougou) a célébré les 7 ans d’anniversaire de la résistance au coup d’Etat perpétré le 16 septembre 2015, ce 16 septembre 2022 à Ouagadougou.

Pendant la rencontre, Élie Tarpaga, président de la CDAIP Ouagadougou a déploré une « réédition » du putsch du 16 septembre 2015 en celui du 24 janvier 2022. « Les objectifs de la feuille de route du MPSR (Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration, Ndlr) ainsi qu’en témoigne les faits : restaurer le clan chassé par l’insurrection populaire et défait par la résistance victorieuse, soustraire ses dignitaires à la justice, sauvegarder les intérêts des puissances impérialistes notamment l’impérialisme français », a-t-il déclaré.

De ce qui précède, Élie Tarpaga a lancé 4 mots d’ordre à l’endroit de la jeunesse burkinabè. En premier lieu, il dit demander à cette jeunesse de maintenir la flamme de la résistance car il estime que tous les putschs sont contre-révolutionnaires et servent les intérêts de la bourgeoisie néocoloniale et de l’impérialisme. « C’est l’occasion pour nous de faire le bilan du putschisme et de nous convaincre du fait que les putschs n’ont jamais permis et ne permettront jamais à notre peuple de se libérer de la domination et de l’exploitation impérialiste », a-t-il ajouté.

« Vaincre le terrorisme sous toutes ses formes » (ÉlieTarpaga) -© Faso7

Deuxièmement, le président du CDAIP Ouagadougou a appelé la jeunesse du Burkina Faso à s’organiser au sein de la CDAIP afin de défendre les acquis de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance au putsch de septembre 2015, en ce qui concerne les libertés d’expression et de manifestation. Pour lui, les jeunes doivent contribuer à l’émancipation du peuple burkinabè en le retirant « des griffes des puissances impérialistes, françaises notamment et de leurs suppôts : les groupes armées djihadistes », a-t-il laissé entendre.

Pour poursuivre, Élie Tarpaga a invité les jeunes du Burkina Faso à rester optimistes quant à la capacité du peuple burkinabè à surmonter « les divisions créées par les forces obscurantistes, l’impérialisme principalement français et ses serviteurs locaux ».

En dernier lieu, Élie Tarpaga a appelé les jeunes du Burkina Faso à s’unir autour de la perspective de changement politique révolutionnaire anti-impérialiste dans leur pays. Il s’agit, selon lui, de la condition pour vaincre le terrorisme sous toutes ses formes afin de ramener la paix partout au  « Pays des Hommes intègres ».

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page