Finance Islamique au Burkina : L’opportunité de la Caisse Ligdi Baore présentée

Les premiers responsables de l’Association pour la promotion de l’épargne et de l’investissement (APEI) ont organisé une rencontre d’information avec la presse sur la finance islamique. Dans leurs explications, ils ont pris pour exemple le cas de la Caisse Ligdi Baore (CLB), mutuelle d’épargne et de crédit exerçant exclusivement l’activité de finance islamique au Burkina Faso. C’était ce 14 septembre 2022 au siège de la CLB à Ouagadougou.

Au cours cette rencontre, Soumaila Ouédraogo, Secrétaire exécutif de l’APEI a expliqué que la finance islamique, obéit aux principes coraniques que sont la matière licite ou halal, l’interdiction de l’intérêt, l’interdiction de l’incertitude, le partage des profits et des pertes (3P), l’obligation pour l’un des cocontractants de détenir comme contrepartie une matière ou un bien réel, la transparence, la confiance et la sincérité.

« La finance islamique s’offre à tout le monde, sans distinction de race, sans distinction d’ethnie, sans distinction de religion. Il n’y a pas un principe fondamental qui exige de faire la finance islamique uniquement avec les musulmans », a-t-il précisé.

La Caisse Ligdi Baore, première structure de finance islamique au Burkina Faso

De ce qui précède Soumaila Ouédraogo a pris le cas de la Caisse Ligdi Baore (CLB), mutuelle d’épargne et de crédit dont l’APEI est à l’origine et première structure du système financier décentralisé à exercer exclusivement l’activité de finance islamique sur le sol burkinabè.

À propos de la CLB, Soumaila Ouédraogo a fait comprendre que depuis 2009, cette institution offre des produits et services tels que les comptes de dépôt ; les comptes d’épargne sans possibilité de retrait avant une échéance précisée d’avance ; les comptes pour investissement ; les crédits sociaux, socio-économiques et les crédits d’investissement. Il a noté que les crédits sont destinés aux clients de la CLB ayant un compte d’une ancienneté d’au moins 3 mois à la base.

« Les frais d’ouverture (des comptes à la CLB, ndlr), c’est 3 500 francs pour les personnes physiques et 5000 francs pour les personnes morales », a-t-il indiqué.

Côté légalité, le secrétaire exécutif de l’APEI a fait savoir que depuis 2018 la finance islamique est reconnue au sein de l’espace de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), ce qui confère une légalité à la CLB et ses activités depuis lors.

Au niveau des chiffres, le secrétaire exécutif de l’APEI a fait savoir que sur la période 2013-2021, la CLB a accordé 424 crédits sociaux à hauteur de 70 759 100 F CFA et 860 crédits d’investissement chiffrés à 729 950 215 F CFA, pour un montant total de 800 709 315 FCFA de crédits accordés.

En complément, il faut savoir que le siège commun de l’APEI et de la CLB se trouve au quartier 1200 logements, en face du siège du Centre d’études, de recherches et de formation islamique (CERFI). Ses adresses sont le +226 25 50 61 25 et le +226 78 55 78 17.

Les autres activités de l’APEI

Outre la finance islamique opérée par la CLB, l’APEI exerce d’autres activités au Burkina Faso, telles que le crowdfunding et la tontine participative.

Concernant le crowdfunding, Soumaila Ouédraogo a expliqué qu’il s’agit d’un financement participatif, ou un échange de fonds entre individus en dehors des circuits financiers institutionnels, afin de financer un projet via une plateforme en ligne.

« La tontine épargnante est une convention d’épargne entre plusieurs personnes. C’est un système d’épargne très ancien dont le principe est simple: des épargnants se regroupent en association pour investir en commun pendant une durée déterminée à l’avance, en général entre dix à vingt-cinq ans », a-t-il ajouté.

Josué TIENDREBEOGO Melika Zamtako (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page