Droits sexuels et reproductifs des jeunes : SOS Jeunesse et défis met en place des Communautés des Pratiques

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Share-Net Burkina, l’ONG SOS Jeunesse et défis avec l’accompagnement de ses partenaires a tenu un atelier de lancement des Communautés des Pratiques de Share-Net au Burkina Faso sur les droits sexuels et reproductifs des jeunes. La cérémonie est intervenue ce jeudi 8 septembre 2022 à Ouagadougou.

Présenter le concept de Communauté des Pratiques et procéder à la mise en place des différentes communautés, ont été les deux principales articulations de la rencontre de lancement des Communautés des Pratiques de Share-Net au Burkina Faso sur les droits sexuels et reproductifs des jeunes.

Selon le directeur exécutif de SOS Jeunesse et Défis, Harouna Ouédraogo, les Communautés de Pratiques décrivent un groupe d’individus qui ont des intérêts et des objectifs communs. Ce cadre servira aussi à faciliter la mise en réseautage.

Revenant sur l’ordre du jour de la présente rencontre, il a expliqué que les échanges vont essentiellement porter sur le projet Share-Net Burkina. « C’est la présentation du projet, présenter la plateforme et les activités qui sont déjà menées et à venir », a-il indiqué.

De façon concrète, le projet entend fédérer les actions des différentes parties prenantes pour l’atteinte des objectifs. Et pour ce faire, Harouna Ouédraogo a montré la voie à emprunter. « C’est mettre les intervenants et les interventions dans le même cadre pour une meilleure synergie d’action », a-t-il dit.

Cette synergie se fera sur une plateforme qui réunira les différentes parties prenantes. Elles seront par ailleurs reparties en 4 communautés. Il s’agit de ma communauté consommation des stupéfiants et DSSR, celle sur les violences basées sur le genre, la communauté sur les DSSR des adolescents et jeunes et celle sur l’interruption sécurisée de la grosse selon la loi.

« Avec les communautés qu’on va mettre en place, ils vont travailler sur leurs rôles, besoins, attentes et défis. Et élaborer un plan d’action pour leur fonction », a ajouté Harouna Ouédraogo. Le but principal de ces Communautés de Pratiques est de créer un cadre d’échange pour les jeunes afin qu’ils réfléchissent ensemble pour trouver des solutions à leurs problèmes.

« Les jeunes ont beaucoup de problèmes et nous ne devons pas les regarder. Nous devons les accompagner pour trouver des solutions. Et ce, afin qu’ils puissent s’épanouir », a lancé Mathieu Bougma, de la direction de la santé de la famille. Il a signifié que les attentes vis-à-vis des parties prenantes sont d’avoir des impacts dans la société qui vont conduire à un « véritable épanouissement de la population ».

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page