Ouagadougou: Un coq à l’agonie annonce « la mort de l’emblème français » en Afrique

Larba Lompo, le porte-parole du Collectif des organisations de la société civile pour le Sahel (COSC/SAHEL) a déclaré  la « mort de l’emblème français » , en brandissant la dépouille mortelle d’un coq dont le plumage est peint aux couleurs du drapeau français. C’était au cours d’une conférence de presse ce 7 septembre 2022 à Ouagadougou.

« Le COSC/Sahel, présente au monde entier la dépouille mortelle de cet emblème qui se change en prédateur des emblèmes des pays Africains », a déclaré Larba Lompo en présentant un coq mort. Le porte-parole du collectif estime que lorsque la France intervient dans la défense d’un pays africain, son emblème qui est le coq change et prend le nom du prédateur de l’emblème du pays africain en question. « Nous sommes rendus compte que la force d’entrée de la France en tant qu’Etat prédateur se trouve dans le nom qu’il donne à ces forces mystiques là », a-t-il laissé entendre.

En premier, il a pris pour exemple le cas de la Force d’intervention française « L’harmattan » en Libye. Un vent qui, selon lui, laisse sur son passage la sécheresse. « L’emblème de la Libye, c’est un aigle royal à la poitrine verte qui exprime la volonté du peuple Libyen de reverdir le désert », a-t-il indiqué.

Larba Lompo a également pris les exemples des forces d’intervention françaises, Serval et Barkhane. « Serval est un animal né entre le chat sauvage et la panthère, sa langue fait 5 m. Il se nourrit d’oiseaux. L’emblème du Mali, c’est un vautour au cou doré qui couvre la mosquée de Ségou. Barkhane, dunes de sable en forme de croissant, utilisées par les habitants du Sahel pour cacher leurs trésors pendant les déplacements. Une sorte de coffre-fort », a-t-il expliqué.

Rappelons que la conférence de presse en question a porté sur la dénonciation de la lenteur du Conseil de Sécurité des Nations Unies à répondre à la demande de la tenue d’une réunion d’urgence introduite par les autorités maliennes.

Lire aussi Ouagadougou : Le COSC/SAHEL appelle les autorités malienne à publier les preuves de complicité de l’armée françaises avec les groupes armés terroristes

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page