Demande de pardon de Blaise Compaoré : Adja Zoungrana appelle à « tourner la page »

Ce lundi 15 août 2022, le Mouvement des Associations pour le Développement et la Protection des Orphelins et des Enfants Démunis (MADPOED) a tenu une conférence de presse à son siège à Ouagadougou pour inviter les burkinabè à accepter le pardon de l’ancien Président du Faso, Blaise Compaoré.

Sur cette question, Adja Zoungrana, coordonnatrice du MADPOED et membre de l’Assemblée Législative de la Transition (ALT), a indiqué que le pardon est la condition sine qua non du vivre ensemble et de la cohésion sociale au Burkina Faso. « Essayons de tourner la page. On ne demande pas d’oublier, mais plutôt de pardonner et de tourner les pages sombres de l’histoire et penser au type de Burkina que nous devons léguer à la génération future », a-t-elle indiqué.

Elle a également évoqué le cas des exilés et les prisonniers politiques en plaidant pour que le Président du Faso, Sandaogo Damiba, leur accorde à tous, l’amnistie.

Aussi, la Coordonnatrice du MADPOED a indiqué que le MADPOED est disposé à accompagner le Président du Faso et tout autre personne dans le processus de la réconciliation nationale.
Pour terminer, Adja Zoungrana a invité les uns et les autres à mettre de côté les querelles et à penser à accompagner les forces de défense et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme. « J’ai de la peine. Mon cœur saigne ! Quand je pense que le Burkina est à la croisée des chemins, plus de 45 % du territoire est assiégé par les groupes armés terroristes », a-t-elle déclaré.

En rappel, le MADPOED a été créé en 2002. Il œuvre dans l’accompagnement des orphelins et des veuves pour leur insertion dans la vie active.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page