Lutte contre la fraude au Burkina Faso : 3,108 tonnes de chocolat périmées saisies

Du 1er au 30 juillet 2022 au Burkina Faso, la Brigade Mobile de Contrôle économique et de la Répression des Fraudes (BMCRF) et la Direction Générale de la Réglementation et du Contrôle des Prix (DGRCP), dans le cadre de leur lutte contre la fraude, ont mené une opération de contrôle des produits de première nécessité. Une opération qui vise aussi à éviter une flambée des prix des produits de grande consommation.

Des agents de contrôle de la BMCRF et de la DGRCP en train de contrôler un vendeur de céréales

Une vaste opération de contrôle des produits alimentaires, des hydrocarbures, du tabac et des intrants agricoles, c’est la tâche exécutée par la Brigade Mobile de Contrôle économique et de la Répression des Fraudes (BMCRF) et la Direction Générale de la Réglementation et du Contrôle des Prix (DGRCP).

Sur 2 272 personnes contrôlées, 265 étaient en infraction vis-à-vis de la loi notamment la réglementation économique. Les fautes commises par les 265 personnes sont entre autres, la non-observation des règles relatives à l’information du consommateur sur les prix, la non-observation des règles de facturation, la contrefaçon et la pratique de prix illicites.

Le bilan de cette opération fait état de 840 cartons de carottes et 40 tonnes de pommes de terre saisis pour « importation frauduleuse » ; plus de 57 tonnes de farine de maïs, de Sorgho et de mil saisies pour « exportation frauduleuse »; 8 cartons d’ustensiles de cuisine saisis pour « vente sauvage »; 14 280 litres de « carburant frauduleux » saisis; 3,108 tonnes de chocolat périmées, 463,08 kg de produits divers périmés et 15 cartouches de cigarettes non-conformes à la réglementation saisis par les éléments de la BMCRF et de la DGRCP.

Par ailleurs, au cours de cette opération, les agents de contrôle ont procédé à la fermeture d’une unité de production d’eau pré-emballée pour « inobservation des conditions d’exercer » et à la mise sous scellés de 7 stations-services pour « pratique de prix illicites ». En termes de recettes, cette opération a permis d’injecter près de 55 millions de Francs CFA dans les caisses de l’État.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page