Usages des pesticides et sécurité alimentaire : Siébou Kansié analyse le système d’Information et de communication dans la région du Centre-Ouest

L’impétrant Siébou Kansié a présenté les résultats de sa recherche portant sur les usages des pesticides et sécurité alimentaire, pour l’obtention d’un master recherche en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Joseph KI-ZERBO. Il a focalisé sa recherche sur l’analyse du système d’information et de communication dans la région du Centre-Ouest. Les résultats de sa recherche ont été présentés devant un jury le 28 juillet 2022 à l’Institut Panafricain d’Etude et de Recherche sur les Médias, l’Information et la Communication (IPERMIC).

Parti du postulat qu’un système d’information et de communication impliquant les producteurs, les chercheurs, les fournisseurs de pesticides et les organisations de la société civile, permet une bonne utilisation des pesticides dans la région du Centre-Ouest, l’impétrant après l’analyse des résultats est parvenu à la conclusion que ledit système est encore informel et ne favorise pas la bonne utilisation des pesticides par les producteurs dans cette région. La majorité des pesticides utilisés sont non-homologués avec pour conséquences les risques sanitaires et environnementaux.

Cette recherche a permis d’aboutir aux conclusions que 54,07% de personnes qui n’ont aucune formation sur les techniques d’utilisation des pesticides, fournissent des renseignements sur les pesticides aux producteurs. Aussi, 73,33% des producteurs reçoivent des informations sur les pesticides de bouche-à-oreille. Enfin, 55,19% des producteurs vont eux-mêmes à la recherche de leur propre information auprès des sources qui n’ont reçu aucune formation sur les pesticides. C’est donc un système d’information informel qui caractérise l’usage des pesticides dans le Centre-Ouest. Un tel système nuit à l’atteinte de la sécurité alimentaire.

L’étudiant, après analyse, a déduit que les producteurs ont une mauvaise utilisation des pesticides dans la région du Centre-Ouest.  Son hypothèse selon laquelle les producteurs non formés s’informent sur l’usage des pesticides auprès des vendeurs non formés et des pairs a été confirmée.

Les pesticides chimiques ont provoqué plusieurs décès au Burkina Faso

L’enquête s’est déroulée dans le Centre-Ouest et a concerné les communes de Didyr dans la province du Sanguié et Koudougou dans la province du Boulkiemdé. Elle a porté sur un échantillon de 300 personnes dont 270 producteurs enquêtés par questionnaire et 30 personnes par entretiens.

Il ressort des résultats que 93,33% des producteurs connaissent les pesticides agricoles contre 6,67% qui n’en connaissent pas. Quant aux pesticides interdits au Burkina Faso, 65,92% des répondants ne les connaissent pas.

Ainsi, ce déficit d’information ne permet pas aux producteurs de distinguer les pesticides homologués de ceux non-homologués. Les données de l’enquête révèlent également que les sources d’approvisionnement en pesticides sont les marchés locaux avec des revendeurs non-agrégés. Elles montrent que les mesures de protection sont foulées aux pieds par les producteurs. L’étude indique que 48,88 % des producteurs ne portent pas de kits de protection pendant le traitement contre 51,11% qui en portent.

Pour mémoire, au Burkina, les pesticides chimiques ont provoqué des intoxications alimentaires en 2019 avec 13 morts à Didyr (Sanguié);  5 décès à Pouytenga (Koupéla) selon le Pr Claudine Lougué, l’ex-ministre de santé. On a aussi enregistré 7 morts à Pella (Boulkiemdé) en 2021 selon le quotidien d’Etat Sidwaya.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Il faut noter que même les pesticides homologués ont aussi des conséquences néfastes sur l’homme, l’animal et sur l’environnement.
    Aussi certains pesticides organiques sont toxiques pour l’homme.
    Oui le système d’information sur les pesticides est informel.
    Mais le taux d’utilisation des équipements de protection individuelle (EPI) est surestimé à mon humble avis.
    Faudra d’abord savoir qu’est ce qu’un EPI?
    Je tire chapeau à mon frère sur le choix porté sur le système d’information et de communication sur les pesticides et les résultats scientifiques qu’il a trouvé.
    La question que je me pose où se trouve le rôle régalien de notre état ?
    Toutes mes félicitations mon frère

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page