Sécurité/Défense au Burkina Faso : Un besoin de près de 493 milliards de F CFA pour les projets d’investissement majeurs

Le Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité a organisé ce jeudi 4 août 2022, à Ouagadougou, la revue annuelle de performance 2021 couplée à la revue à mi-parcours 2022 du programme d’action sectoriel de la transition, du cadre sectoriel de dialogue Défense-Sécurité. Cette activité, organisée en collaboration avec le ministère de la Défense, a réuni plusieurs administrations ministérielles.

En vue de permettre aux acteurs d’apprécier l’état de réalisation des actions préalablement programmées afin de tirer les leçons des insuffisances et de dégager des perspectives, une revue annuelle de performance 2021 a été organisée, ce jeudi 4 août 2022. Elle a été organisée en couplée à la revue à mi-parcours 2022 du programme d’action sectoriel de la transition du cadre sectoriel de dialogue Défense-Sécurité.

Selon le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, le Colonel-major Omer Bationo, il y a plusieurs cadres sectoriels de dialogue qui sont organisés ces dernières années. De son avis, c’est une obligation pour ces cadres sectoriels de dialogue de mener ces activités afin de faire le bilan des différents rapports.

Les participants sont composés des administrations ministérielles et des acteurs de la sécurité et de la défense. © Faso7

Ces acteurs ont pour travail, d’examiner le bilan annuel de la mise en œuvre des plans d’actions des politiques et stratégies du secteur sécurité/défense et le plan d’actions de la transition de janvier à juin 2022 ; d’examiner trois documents ; de les valider et recevoir des recommandations afin d’orienter les actions de tout un chacun sur le terrain. Ils dégageront ainsi, les principaux acquis enregistrés, les difficultés rencontrées et proposeront des solutions.

« Il s’agit d’examiner le rapport 2021, le rapport a mis parcours janvier 2024, parce qu’après les évènements de 2022, il y a des réajustements qui ont été faits et il y a le plan d’action sectoriel de la transition qui a été adopté pour 2023-2025 », a-t-il affirmé.

Le plan d’action sectoriel de la transition, boussole des interventions du secteur sécurité/défense sur la période de la transition est axé sur les piliers qui ont été développés dans la charte de la transition, selon les dires du colonel-major Omer Bationo. Ces piliers sont entre autres la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire national, les défis humanitaires, la refondation de l’Etat et l’amélioration de la gouvernance et la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

 « Ce plan coûte près de 850 milliards et nous avons près de 493 milliards à rechercher pour le financement des projets d’investissements majeurs de notre secteur. Nous espérons donc pouvoir tirer des recommandations qui vont sortir prendre des décisions pour nous permettre d’atteindre nos objectifs », a-t-il déclaré.

Le colonel-major Omer Bationo , ministre en charge de la sécurité espère que le contexte sécuritaire difficile sera un lointain souvenir. © Faso7

Le secteur de la planification quant à lui, est au cœur des différents piliers du plan d’action sectoriel de la transition notamment, le pilier relatif à la lutte contre le terrorisme et à la restauration de l’intégrité du territoire national.

Le ministre en charge de la sécurité, le colonel-major Omer Bationo, a également nourri l’espoir qu’avec la densification des actions militaires dans les zones d’intérêts militaires et les perspectives d’acquisitions de matériel stratégique et opérationnel, le contexte sécuritaire difficile sera un lointain souvenir. Il est à noter que ce contexte sécuritaire est marqué par des attaques terroristes, des conflits communautaires, des attaques à mains armées sur les axes routiers et dans les centres urbains.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page