Lutte contre le terrorisme au Burkina Faso : JUI-PP veut apporter sa contribution à travers le renseignement

Les membres du mouvement jeunesse unie et intègre pour la promotion du panafricanisme (JUI-PP) ont au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 3 août 2022 à Ouagadougou, présenté leur mouvement et appelé à soutenir le processus de la Transition avec à sa tête, le président Sandaogo Damiba.

Pour les leaders de ce mouvement, l’urgence du moment ne devrait pas permettre aux Burkinabè de s’adonner à des critiques sans cesse ainsi qu’aux perpétuelles divergences. « Non, nous sommes en guerre d’extermination et ce qui doit compter pour nous, comme pour tous les Burkinabè organisés ou non ce ne sont pas ces égarements.  Ce qui doit nous interpeller, c’est de savoir taire nos divergences, nos haines, ambitions personnelles comme partisanes, pour trouver les voies et moyens de répondre aux appels au secours de plus en plus stridents de la patrie en péril », a déclaré Rosalie Tarnagda, Secrétaire générale de JUI-PP.

Par ailleurs, les responsables du mouvement ont tenu à saluer les efforts des forces de défense et de sécurité (FDS) ainsi que les volontaires pour la défense pour la patrie (VDP). Ils ont également clairement affiché leur soutien aux autorités qui, selon eux, « depuis leur arrivée au pouvoir affichent une volonté patriotique de sauver le pays des eaux terroristes putrides qui l’immergent ».

Pour apporter leur contribution aux autorités de la transition dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le JUI-PP dont le président est Zakaria Kouanda, veut mettre l’accent sur le renseignement. « Dans toute guerre et plus encore dans celle que nous subissons qui sublime la traîtrise, la négation de la loi et de la morale, le renseignement est d’une importance capitale. Le renseignement intelligent et responsable est notre option. Le renseignement donc qui tout en éclairant l’opinion sur tout ce qui dissipe la désinformation dont elle est l’objet de la part des forces du mal, renforce sa conscientisation sur les impératifs de son union sacrée derrière la transition, les FDS et les VDP. Mais le renseignement qui pour tout ce qui peut nuire à la lutte contre l’ennemi ou qui demande des investigations spécialisées sera déféré à qui de droit », a laissé entendre Rosalie Tarnagda.

Au cours de cette conférence de presse à laquelle était présent le président de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), Me Herman Yaméogo, les membres du mouvement jeunesse unie et intègre pour la promotion du panafricanisme ont invité les populations à non seulement faire bloc derrière les autorités de la Transition, mais aussi, à cultiver l’esprit du pardon « vivifié dans les coutumes et religions » au Burkina Faso.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page