Affaire Gon-Bonssougou : «Une polémique qui n’avait pas lieu d’être» (Issaka Sourwema)

Issaka Sourwema, le ministre en charge des Affaires religieuses a presenté des excuses aux responsables de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (FAIB) au sortir d’une audience avec le Premier ministre, Albert Ouédraogo, ce 26 juillet 2022.

Ces excuses font suite à la correspondance adressée à la Présidente de l’Observatoire National des Faits Religieux (ONAFAR) et au Conseil Supérieur de la Communication (CSC) le 22 juillet 2022, dans laquelle Issaka Sourwema, ministre en charge des Affaires religieuses indiquait avoir constaté des signes de radicalisation communautaire à Gon-Bonssougou dans la région du Centre-Sud, de la part d’un imam à travers un prêche.

Le ministre est revenu sur l’affaire pour dire qu’en réalité, le prêche en question n’était pas « ce qu’on croyait », car en fin de compte, ses sources ont commis des erreurs.

« C’est une leçon que nous avons apprise et quand on apprend une leçon et qu’on décide effectivement de la mettre en œuvre, il faut d’abord, à l’endroit de ceux qui en ont souffert, faire preuve d’humilité, faire preuve n’est ce pas, de modestie en présentant n’est ce pas ses excuses vis-à-vis de … vis-à-vis, n’est ce pas, des personnes concernées », a-t-il dit.

« D’ores et déjà, à l’endroit de l’imam de Gon-Boussougou, je crois que nous lui devons une visite »

Les excuses du ministre ont été acceptées par les responsables de la FAIB. Pour El Hadj Oumarou Koanda, Président du présidium de cette institution, il s’agit d’une mauvaise incompréhension entre ce qui circule sur les réseaux sociaux et la réalité. Du reste, il a rappelé que personne n’est au dessus de la loi tout en formulant le souhait que les imams soient respectés.

« Ce matin, on est très très très satisfaits et contents à travers notre ministre qui présente ses excuses aux imams et tous les musulmans », a-t-il laissé entendre.

Dans les jours à venir, une prochaine rencontre est prévue avec le Directoire de la FAIB pour aller dans les détails de ce qui n’a pas pu être évoqué au cours de la présente rencontre. « D’ores et déjà, à l’endroit de l’imam de Gon-Boussougou, je crois que nous lui devons une visite », a-t-il ajouté.

L’intégralité des déclarations au sortir de la rencontre avec Albert Ouédraogo

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page