Burkina Faso : Un mouvement demande la libération du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana

Les membres du Mouvement patriotique pour la libération du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana et ses co-accusés (MPL/LCLZ) ont appelé à leur libération ce 24 juillet 2022.

Une libération pure et simple, sans compromission et sans concession du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana et ses co-accusés, c’est ce que réclament les membres du Mouvement patriotique pour la libération du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana (MPL/LCLZ).

« Aucun des huit militaires et civils arrêtés dans le cadre du complot n’est connu du LCL Zoungrana et ne le connaissait avant. Quant au mensonge de blanchiment inventé par coup de fil en quelques heures après la libération (conditionnelle du 02 février 2022, ndlr), jusqu’à présent, sur une quarantaine d’officiers, sous-officiers, militaires du rang, VDP et civils auditionnés, aucun ne témoigne à charge contre lui », a fait savoir Jean Martin Kobendé, responsable à l’organisation du mouvement.

Lire ➡️ Dossier du lieutenant-colonel Emmnanuel Zoungrana : Une trentaine de témoins auditionnés

Concernant les huit co-accusés du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana, Marcelin Ouédraogo, le Président du MPL/LCLZ a indiqué ne pas avoir connaissance de leurs identités.

Par ailleurs, le leader du mouvement a dénoncé un acharnement de la justice militaire sur le Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana. Pour lui et ses camarades, cette justice a des raisons inavouées et inavouables et est à la solde du pouvoir. « S’il y a des preuves, si c’est vrai ce qu’ils ont dit, qu’on le juge. Vous ne le jugez pas, vous le gardez en prison (…) bon ! C’est de l’acharnement pur et simple », a déclaré Marcelin Ouédraogo.

Pour le moment, les adhérents du MPL/LCLZ n’ont pas encore pris attache avec le pouvoir en place par rapport à l’affaire, mais le leader du MPL/LCLZ a dit que son groupe prend la junte au pouvoir, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) pour responsable de toute action et entrave si toutefois l’injustice n’est pas réparée.

« Nous invitons l’ensemble des Burkinabè épris de paix et de justice à rester à l’écoute pour les actions à venir », a-t-il conclu. D’après Marcellin Ouédraogo, après la libération des accusés, le mouvement n’aura plus sa raison d’être.

Le MPL/LCLZ demande la libération du Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana et ses co-accusés – © Faso7

Pour rappel, le Lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana est incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) depuis le 10 janvier 2022, accusé d’être impliqué dans un projet de déstabilisation des institutions de la République avec 8 autres personnes.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page