Burkina Faso : Le Syndicat national des chauffeurs de la fonction publique renouvelle son bureau

Les adhérents du Syndicat national des chauffeurs de la fonction publique et du parapublic du Burkina Faso (SYNACFPPB) tiennent leur 5e Congrès ordinaire ce 23 juillet 2022 sous le thème, « Quelle contribution des chauffeurs de l’administration publique dans la gestion du patrimoine roulant de l’Etat, dans le contexte d’insécurité ? ».

Selon Marc Stéphane Yaméogo, Secrétaire général (SG) du SYNACFPPB, il s’agit, au cours de cette rencontre, de dresser le bilan du mandat du bureau sortant et de réfléchir afin de trouver des pistes de solutions alternatives et idoines pour pallier aux insuffisances rencontrées en vue d’une gestion rationnelle du patrimoine roulant de l’Etat dans le contexte sécuritaire difficile que vit le pays.

En fin de mission, le SG du SYNACFPPB a fait savoir que le mandat de son bureau a été marqué par des activités qui sont, entre autres, des formations sur les droits et devoirs des travailleurs, des activités de sensibilisation sur la culture syndicale, des sorties de sensibilisation et de recrutement de nouveaux membres pour le compte du syndicat ainsi que le processus de validation de la plateforme revendicative des chauffeurs de la fonction publique pour leur prise en compte dans des textes dont le Répertoire Interministériel des Emplois de la Fonction Publique, qui permet désormais aux chauffeurs de pouvoir passer des concours professionnels.

« Tous ces résultats témoignent du caractère satisfaisant du bilan, de façon globale, du mandat du bureau sortant », a-t-il jugé.

C’est Marcel Zanté qui a présidé la cérémonie d’ouverture du Congrès. Il est le SG de la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB), dont fait partie le SYNACFPPB. Marcel Zanté s’est basé sur le thème de la rencontre pour exhorter les participants à mener des travaux afin de trouver des résolutions qui seront adressées à qui de droit. « Vous êtes seuls à même de pouvoir dire à l’administration, à nos patrons, à nos décideurs qu’est-ce qu’il faut pour que ce matériel roulant soit en norme, soit en forme pour que le travail puisse se mener normalement », leur a-t-il assuré.

Par ailleurs, le SG de la CNTB a annoncé que l’organisation à laquelle il appartient est dans la dynamique de demander au Gouvernement le reclassement des chauffeurs dans la catégorie professionnelle D au lieu de la catégorie E, conformément aux textes.

En rappel, les travaux de ce Congrès vont aboutir à la mise en place d’une nouvelle équipe à la tête syndicat.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page