Burkina Faso : Le fichier national des élèves en expérimentation dans deux provinces

Le Directeur général des études et statistiques sectorielles (DGESS) du ministère chargé de l’Education nationale a lancé la phase pilote du fichier national des élèves, de l’inscription en ligne des élèves et de la production des cartes d’identité scolaire au Burkina Faso, ce 15 juillet 2022.

Dans le cadre du projet d’identification unique des élèves du Burkina Faso, Olivier Bagré, le Directeur général des études et des statistiques sectorielles du ministère en charge de l’Education nationale a procédé au lancement technique de la phase pilote du fichier national des élèves, de l’inscription en ligne des élèves et de la production des cartes d’identité scolaire au Burkina Faso.

Avant de s’étendre sur le sujet de cette phase pilote, Olivier Bagré a rappelé que le projet d’identification unique des élèves du Burkina Faso a été initié depuis 2018 et inspiré du système éducatif ivoirien, en vue de faire face aux difficultés rencontrées dans le suivi des élèves.

Cela a lieu compte tenu de leur mobilité qui résulte entre autres des exclusions, de la pratique des recrutements en complément d’effectifs, de la mobilité des parents au regard de la nature de leurs activités et du non-respect des règles qui régissent le système éducatif, selon le DGESS.

Le Kourwéogo et le Boulgou retenus

« Il arrive que, par exemple, des élèves qui sont déclarés redoublants ou exclus dans certains établissements se retrouvent inscrits dans d’autres », a-t-il illustré.

Pour revenir sur la phase pilote du fichier national des élèves, de l’inscription en ligne des élèves et de la production des cartes d’identité scolaire au Burkina Faso, Olivier Bagré, a fait savoir qu’elle va concerner les province du Kourwéogo dans le Plateau-Central et celle du Boulgou dans le Centre-Est. « A partir de la rentrée, nous allons commencer les opérations d’enrôlement, de saisie des données pour arriver à avoir le fichier unique pour les élèves des deux provinces pilotes et aussi arriver à la production des cartes », a-t-il expliqué.

La mise en œuvre de cette phase a pour objectif d’évaluer les éventualités qui pourront se présenter et préparer une généralisation de ces opérations à l’ensemble du pays à partir de l’année scolaire 2024-2025. « Nous espérons qu’à partir de 2024 nous pourrons être en train de généraliser cette phase du fichier national des élèves », a-t-il ajouté.

Le coût de cette phase pilote vaut trois-cent millions de francs CFA environ, selon Olivier Bagré. Notons qu’elle est mise en œuvre en partenariat avec la Coopération luxembourgeoise, le groupement ‘e-Sud développement’ et l’Office national d’identification (ONI).

un recensement géo-référencé de toutes les structures éducatives

Au nom de la Coopération luxembourgeoise, Drissa Minougou a expliqué la participation du Luxembourg par le fait que système éducatif burkinabè a besoin de données fiables. « On espère qu’après cette phase, le ministère puisse utiliser toutes les expériences que nous avons mises dans cette phase expérimentale », a-t-il laissé entendre.

En perspective, Olivier Bagré a annoncé qu’il est envisagé également un recensement géo-référencé de toutes les structures éducatives au niveau du ministère en charge de l’Education.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page