Réouverture du Lycée Philippe Zinda Kaboré : Les différentes options présentées à Lionel Bilgo

Ce 11 juillet 2022, le ministre en charge de l’Education Nationale, Lionel Bilgo, a reçu le rapport final de la commission de réflexion sur la réouverture du Lycée Philippe Zinda Kaboré et du Lycée départemental de Bissiga.

Avant de remettre ce rapport au ministre, Ibrahima Sanon, Secrétaire général du ministère en charge de l’Education et chef de la commission de réflexion sur la réouverture des deux lycées a livré des résultats des travaux.

Pour le Lycée départemental de Bissiga situé dans la province du Boulgou, région du Centre-Est, Ibrahima Sanon a indiqué que seule l’option de la réouverture pour la rentrée 2022-2023 sous la forme d’un lycée ordinaire ne comprenant que le second cycle, la série A, C et D a été retenue, au regard de l’existence de plusieurs CEG dans la commune et les villages environnants.

Quant au Lycée Philippe Zinda Kaboré situé à Ouagadougou dans la région du Centre, le chef de la commission a indiqué que même si l’option de lycée ordinaire a été retenue, deux propositions existent à ce sujet.

« La première option, c’est une réouverture à minima dès la rentrée 2022-2023. Cette perspective nécessite la réfection complète d’un bâtiment pédagogique, d’un bâtiment administratif et la construction des latrines pour les élèves. Mais toutefois, au regard de tous les travaux de 1 019 634 854 (FCFA), des procédures et des délais qui restent, seules des mesures très exceptionnelles pourraient faire aboutir cette perspective. De passage, les techniciens ont évalué dans 9 mois et demi pour pouvoir mettre ce bâtiment en état », a-t-il expliqué

Concernant la deuxième option, Ibrahima Sanon a fait savoir qu’il s’agit d’une réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré à la rentrée 2023-2024 et que cette perspective nécessite la réfection de l’ensemble des infrastructures, la construction d’un mur et des latrines pour élèves.

« Cette perspective qui peut se réaliser selon les procédures ordinaires malgré son coût a fait l’objet d’une feuille de route de sa mise en œuvre. Les détails de cette feuille de route ainsi que les conditions à remplir pour chacune des options sont consignés dans le rapport », a indiqué le chef de la commission.

« Nous cheminons vers un lieu certain » (Lionel Bilgo) ©Faso7

Après réception du rapport, le ministre Lionel Bilgo a adressé ses félicitations aux membres de la commission. « Le résultat ce travail a été un travail d’orfèvre, un travail inclusif, tant les partenaires sociaux, les parents d’élèves, les syndicats ainsi que les doyens du système éducatif ont pu apporter leurs contributions et leurs sages éclairages afin que des décisions consensuelles,  mais aussi des décisions éclairées, puissent être prises », a-t-il témoigné.

Par ailleurs le ministre en charge de l’Education a déclaré que le rapport en question va mettre à nu l’état de bon nombre d’établissements d’enseignement scolaire au Burkina Faso.

« Ainsi, avant d’attendre la fin de ce rapport, j’avais demandé à la DGESS (Direction générale des études et des statistiques sectorielles, ndlr) de faire le point sur l’état également d’autres établissements emblématiques qui ont offert au Burkina Faso une ressource humaine de qualité tout au long de ces années depuis l’Indépendance jusqu’à nos jours », a-t-il rappelé.

Pour conclure, le ministre Lionel Bilgo a appelé l’ensemble des acteurs à accompagner le système éducatif pour garantir une éducation de qualité aux élèves. « J’ai eu la chance de parcourir le pays et de fouler le sol de certains établissements qui m’ont fait penser à une époque où l’enseignement, la morale et l’éducation portaient des lettres de noblesse. Ainsi donc, ces établissements et ces endroits doivent toujours nous faire garder à l’esprit que nous venons de quelque part et nous cheminons vers un lieu certain », a-t-il lancé.

Pour rappel, le lycée départemental de Bissiga a été fermé le 12 mars 2021 jusqu’à nouvel ordre. Des élèves de cet établissement avaient séquestré leur proviseur et tenté de lyncher leur censeur pour exiger la levée d’une mesure interdisant la tenue de kermesses dans leur établissement.

Quant au Lycée Philippe Zinda Kaboré, il est fermé depuis le 25 mai 2021 à cause des grèves des apprenants contre les réformes scolaires, ayant entrainé des actes de vandalisme sur des infrastructures de l’établissement, dont le bureau du proviseur.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page