[Tribune] – «Non à une réconciliation de bourreaux sur le dos du peuple» (ODJ)

Ceci est une tribune de l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ) à propos de la rencontre du vendredi 8 juillet 2022 entre Sandaogo Damiba et les anciens chefs d’Etat.

Non à une réconciliation de bourreaux sur le dos du peuple et de sa jeunesse combative et révolutionnaire !

L’ODJ a appris, à travers un communiqué de presse de la direction de la communication de la présidence du Faso en date du 06 juillet 2022, la tenue d’une rencontre le vendredi 08 juillet à Ouagadougou entre le président du Faso Paul-Henri Sandaogo DAMIBA et les anciens chefs d’Etats du Burkina Faso.

L’annonce de la participation de l’ancien président du Faso Blaise COMPAORE, vomi et chassé du pouvoir par le peuple à travers l’insurrection populaire d’octobre 2014, sonne comme une pure provocation et une prime à l’impunité. Et pour cause, il a été jugé et condamné à une peine d’emprisonnement à vie dans le dossier Thomas SANKARA et douze (12) de ses compagnons d’infortune.

Depuis sa chute du pouvoir et son exfiltration par les forces spéciales françaises vers la Cote d’Ivoire où il vit en exil, Blaise COMPAORE a refusé de faire face à la justice de son pays pour les crimes de sang qu’il a commis. Un tel individu n’a pas sa place dans une quelconque rencontre au palais, mais plutôt en prison pour purger sa peine. En réalité, toutes ses actions du pouvoir du MPSR sont des manœuvres sordides pour extirper des mains de la justice des grands criminels et les assassins des enfants du peuple.

Comme notre organisation le notait déjà le 31 mai 2022, lors de sa conférence de presse de commémoration de l’assassinat de ses militants dans le Yagha, avec le CISC et le MBDHP, face au tableau sombre de la situation de notre pays, le régime du MPSR est plus préoccupé à trouver des voies et moyens pour garantir l’impunité aux dignitaires des régimes successifs qui ont géré notre pays et particulièrement au clan COMPAORE. Et cette mise en scène est présentée sous le vocable « Réconciliation nationale » accompagnée par toute une campagne qui ne vise qu’à faire avaler au peuple et à sa jeunesse une duperie de plus.

Au regard de ce ces faits, l’ODJ dénonce cette escroquerie politique et ces manœuvres politiciennes porteuses de menaces pour l’avenir de notre pays. Elles trahissent l’esprit de l’insurrection populaire de 2014, de la résistance au putsch de septembre 2015 et la mémoire de nos martyrs. L’organisation invite la jeunesse populaire, combative et révolutionnaire à :

  • Rejeter cette réconciliation nationale qui consacre l’impunité aux dignitaires des différents régimes corrompus et particulièrement le clan COMPAORE sur le dos du peuple et de sa jeunesse ;
  • Continuer le combat, aux côtés de notre peuple, contre l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques sous toutes ses formes, pour l’arrestation et le châtiment de tous les assassins des dignes fils de notre pays.
  • Poursuivre la lutte aux cotés de notre peuple pour le changement révolutionnaire.

Non à une réconciliation nationale sur le dos du peuple burkinabè et de sa jeunesse populaire !

Non à l’impunité des crimes économiques et de sang !

Blaise COMPAORE et compagnies en prison !

Vive la jeunesse combative et révolutionnaire !

Vive l’ODJ !

Le Bureau Exécutif National

Ouagadougou, 08/07/2022

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page