Fête de la musique : Une célébration en différé pour l’Association des Artistes Boayaba du Gulmu

L’Association des Artistes Boayaba du Gulmu (AABG) va célébrer la fête de la musique en différé. Une information donnée ce mardi 5 juillet 2022 lors d’un point de presse animé par les membres de l’association. Les 9 et 10 juillet 2022, l’AABG a prévu une série d’activité pour commémorer cette fête et promouvoir la culture locale.

Célébrer la musique, promouvoir la culture du Gulmu et les artistes locaux, tels sont les objectifs de l’Association des Artistes Boayaba du Gulmu (AABG) à travers l’organisation en différé de la fête de la musique les 9 et 10 juillet 2022. Pour cette 1re édition, les organisateurs voient les choses en grand.

Des prestations artistiques en live et en playback et des activités de promotion de la culture du Gulmu constitueront la colonne vertébrale de la célébration. À cet effet, des artistes comme Marie Gayeri et bien d’autres poids lourds de la musique du Gulmu seront de la partie.

Revenant sur la tenue de la fête dans la capitale, Ardjima Diagbouga, secrétaire général de l’association, a expliqué que plusieurs raisons ont motivé ce choix. Mais la principale reste l’insuffisance des moyens. « C’est une fête internationale. La question sécuritaire n’est pas la principale raison de la tenue de l’activité ici à Ouagadougou », a-t-il dit.

Il a par ailleurs indiqué que les prochaines éditions pourront se tenir dans le Gulmu. Sur le budget pour cette fête, le secrétaire général de l’association a indiqué qu’ils ont déjà regroupé plus de 60 %. Il nourrit alors l’espoir de voir des partenaires se manifester afin d’accompagner l’évènement et conduire à sa réussite.

Sur scène, une vingtaine d’artistes vont se succéder. En plus des artistes chanteurs, il y aura des slameurs et des conteurs. La célébration sera dédiée aux FDS. Il faut noter que l’entrée est libre et gratuite.

En guise d’information, le collectif des Artistes Boayaba du Gulmu vise à renforcer l’union et la solidarité entre les artistes de la région de l’Est, fraterniser avec l’ensemble des acteurs de la scène musicale nationale et marquer la résilience du secteur des arts vivants burkinabés.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page