La task force Takuba met fin à ses opérations au Mali

Paris a annoncé ce vendredi 1er juillet 2022, la fin de la task force Takuba au Mali, une agrégation de forces spéciales européennes, victime collatérale des tensions avec les colonels au pouvoir à Bamako.

Takuba, montée à grand-peine par l’ancienne ministre des Armées Florence Parly pour faire partager aux Européens le fardeau de la lutte contre les jihadistes au Sahel, a succombé suite à la dégradation des relations franco-maliennes puis au départ cette année de la force Barkhane.

« La réorganisation du dispositif militaire français au Sahel a conduit à la fin des opérations de Takuba au Mali à compter du 30 juin (2022) », a indiqué le général Pascal Ianni, porte-parole de l’état-major français.

Takuba avait fini par rassembler une dizaine de pays européens, et jusqu’à 800 à 900 soldats d’élite. Ils étaient chargés d’aider les forces maliennes à gagner en autonomie et leur permettre de reprendre pied dans les territoires délaissés par l’Etat, face aux groupes armés terroristes.

La « pleine capacité opérationnelle » de Takuba, qui signifie « Sabre » en langue tamasheq, avait été décrétée début avril 2021. Elle aura duré moins d’un an : les opérations conjointes ont en fait cessé dès février 2022.

Le vendredi 18 février 2022, le gouvernement malien avait demandé à la France de retirer, sans délai, les soldats de la Force Barkhane et Takuba. Cette réaction intervenait 24 heures après l’annonce faite par Paris et ses partenaires de retirer de façon échelonnée, les éléments des forces en question.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page