Un groupe de citoyens burkinabè fait un don aux enfants de l’hôtel maternel de Ouagadougou

Un groupe de citoyens burkinabè a rendu une visite de courtoisie aux enfants vivants à l’hôtel maternel de Ouagadougou, ce 25 juin 2022. Les membres du groupe y sont allés les bras chargés.

Les tout-petits de l’hôtel maternel de Ouagadougou ont reçu la visite d’un groupe de citoyens burkinabè ce 25 juin 2022. Leurs visiteurs leur ont apporté des cadeaux composés de jus, de laits, de savons, de détergents, d’huiles, de pop-corn, de pâtes alimentaires, de couches pour bébés et de poubelles. Ils ont également procédé à la plantation d’un manguier, un oranger et un goyavier au sein de la structure.

Salifou Gnounga, premier responsable de l’hôtel maternel, a exprimé ses remerciements à l’endroit des donateurs du jour. Pour lui, chaque action envers les enfants dont il a la charge compte. « Nous nous sentons encouragés par les membres de ce groupe qui sont venus nous encourager dans notre travail et nous apporter quelque chose au profit donc de nos enfants » a-t-il laissé entendre.

« Plusieurs mains c’est encore mieux » (Salifou Gnounga) ©Faso7

Salifou Gnounga a expliqué que les hôtes de l’hôtel maternel de Ouagadougou sont des enfants privés de familles. À ce jour, il a compté environ 90 enfants. « L’hôtel maternel, c’est un centre d’accueil des enfants en détresse. C’est un orphelinat public qui s’occupe donc des enfants privés de famille et aussi des filles mineurs victimes de violences basées sur le genre, qui est créé en 2007 et qui depuis lors reçoit cette catégorie d’enfants. Dès lors que nous les recevons, nous les prenons intégralement en charge jusqu’à ce qu’ils puissent réintégrer, les familles », a-t-il ajouté.

« Plusieurs mains, c’est encore mieux »

Pour sa part, Cheick Faycal Traoré, le représentant des donateurs a indiqué que le geste posé est parti du constat que la vulnérabilité est suffisamment accrue au Burkina Faso, d’où un besoin de plus de solidarité. « Nous avons estimé qu’il était important en cette occasion de regarder effectivement une face d’une enfance suffisamment vulnérable (…) et nous pensons que ces enfants méritent l’action citoyenne, l’action solidaire de chacun des Burkinabè que nous sommes », a-t-il laissé entendre

Pour le porte-parole du groupe, c’est le symbole de l’action qui compte. « Si nous nous donnons la main, si ensemble nous nous mettons débout, nous pouvons venir à bout de certaines choses. C’est pourquoi la symbolique est quelque chose pour nous, de loin, la plus importante », s’est-il expliqué.

Pour conclure, Salifou Gnounga a lancé un appel à toute personne d’emboîter le pas des donateurs du jour et d’accompagner l’Etat dans la prise en charge de ces enfants, car « plusieurs mains, c’est encore mieux ».

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page