Recherche et consolidation de la paix : Interpeace outille une vingtaine de femmes à Koubri

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet : « La prévention des conflits et l’amélioration de la gouvernance sécuritaire locale dans les régions du Sahel, Est, Centre Nord et Boucle du Mouhoun », l’ONG Interpeace avec l’accompagnement de ses partenaires a initié une session de formation au profit de 24 femmes des 4 régions sur les techniques de « cercle de paix » pour la transformation des conflits. Une formation qui a débuté ce mardi 21 juin 2022 et qui va se tenir 5 jours durant, dans la commune de Koubri.

Reconstruire la paix, c’est la mission que s’est fixée Interpeace et ses partenaires notamment le ministère chargé de la sécurité. Et pour y arriver, ils mettent en œuvre le projet, « La prévention des conflits et l’amélioration de la gouvernance sécuritaire locale dans les régions du Sahel, Est, Centre Nord et la Boucle du Mouhoun ».

Pour la présente formation entrant dans le cadre de la mise en œuvre dudit projet financé par le gouvernement canadien, 24 femmes et jeunes femmes des localités concernées par le projet ont été choisies. Jusqu’au 1er juillet 2022, elles seront outillées sur les « cercles de paix » afin de participer à la transformation des conflits.

Selon le Représentant pays de Interpeace Cheick Fayçal Traoré, il était important que les femmes puissent bénéficier des outils nécessaires qu’offre cette formation qui a déjà fait ses preuves. « Le plus important, c’est d’avoir un espace de dialogue, que chacun puisse s’exprimer et où on co-construit la meilleure réponse aux défis que nous avons. Les défis que nous avons ne sont pas seulement liés à la sécurité, ils sont également liés à la cohésion sociale dans nos communautés », a-t-il laissé entendre.

Pour lui, la présente formation est un moyen pour Interpeace d’accompagner le gouvernement et les acteurs locaux des quatre régions sur le chantier de reconstruction de la paix et l’amélioration de la gouvernance sécuritaire. « Interpeace en tant qu’organisation de consolidation de la paix œuvre également à faire en sorte que les communautés aient les capacités nécessaires pour apporter des réponses aux défis sécuritaires », a indiqué Cheick Fayçal Traoré.

Inclure les femmes dans tout processus de paix

Pour la ministre du genre et de la famille, Salimata Nébié/Conombo, les cercles de paix sont des cadres de relais pour renfoncer les cadres de dialogue que le gouvernement veut mettre en place. « Nous sommes au cœur d’un conflit et les femmes doivent être également au cœur du dispositif de tous les mécanismes qui sont mis en place pour la paix. Je suis très contente que cette formation puisse se faire parce qu’elle met l’accent sur la construction de la paix qui vient en amont ou même en avale pour construire ce qui va nous permettre d’aller vers une stabilité de notre pays », s’est-elle réjouie.

Selon ses propos, tout processus de paix n’incluant pas les femmes est voué à l’échec. « On veut s’assurer que les femmes vont réellement participer à tous les processus que ce soit sur le plan de la prévention des conflits, le plan de la gestion des conflits, les médiations, les négociations », a rajouté la ministre.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page