Burkina Faso : Le REN-LAC passe à la loupe la gouvernance du MPSR

Ce mardi 21 juin 2022 à Ouagadougou, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a fait sa lecture de la situation nationale que traverse le Burkina Faso à travers une conférence de presse. La gestion de la situation sécuritaire, la corruption et la mal gouvernance en passant par l’augmentation des salaires des ministres et du Président du Faso, la question des espaces de liberté démocratique et la disparition des camions citernes, ce sont, entre autres, des éléments sur lesquels se sont exprimés les membres du REN-LAC. Le REN-LAC trouve également que les autorités actuelles veulent « museler la presse et empêcher l’exercice de la veille citoyenne ».

Les « premiers pas » du Président de la Transition burkinabè, le Lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, après son ascension au pouvoir, ne semblent pas convaincre les acteurs du Réseau national de lutte anti-corruption. Or, pour eux, « les premiers pas d’un régime sont déterminants pour savoir si la marche à suivre est bonne ou pas ». C’est pourquoi, selon eux, « dès le 24 février 2022, le REN-LAC exprimait ses doutes, dans une déclaration, sur le changement de paradigme au sommet de l’Etat ».

Pour le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo, le seul changement qui peut être constaté dans la gouvernance du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), c’est « le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba en treillis militaire en lieu et place du Président Roch Marc Christian Kaboré en Faso Danfani sur le fauteuil présidentiel », car « on peut bien se demander s’il y a véritablement eu un changement à la tête de l’Etat », selon lui.

Sur la situation sécuritaire, Sagado Nacanabo pense que c’est le déficit « en action aérienne » qui constitue l’une des principales faiblesses dans le cadre de la lutte contre le terrorisme car « à Bourzanga, il y a eu des résultats parce qu’il y a eu l’action aérienne » mais qu’« à Seytenga, il y a eu des malheurs, il y a eu une catastrophe, parce qu’il n’y a pas eu l’action aérienne », a-t-il laissé entendre.

Mais, à l’en croire, ce déficit en action aérienne n’est rien d’autre que les conséquences de la corruption dans l’achat des cinq hélicoptères de combat sous le régime de l’ex-Président Roch Kaboré.

« Si aujourd’hui on disposait de ces fameux cinq hélicoptères opérationnels, peut-être qu’on n’en serait pas là. Mais comment deux ans après, plus de deux ans après, les hélicoptères commandés depuis 2020, et les dépenses en tout cas semble-t-il, avoir été effectuées, on n’a pas encore ces hélicoptères, en tout cas ces cinq hélicoptères ne semblent pas être disponibles sinon on n’en serait pas là. Ce qui prouve bien qu’il y a corruption au sein des Forces armées », a déploré Sagado Nacanabo.

« la corruption et la mal gouvernance constituent la sève nourricière de l’insécurité »

A l’entendre, lors des contrôles de l’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC), le secret défense ou secret militaire constitue un subterfuge qu’utilisent les militaires pour ne pas permettre à l’ASCE-LC de dire aux populations ce qui se passe. Ainsi, pour lui, « la corruption et la mal gouvernance constituent la sève nourricière de l’insécurité ».

Le Secrétaire exécutif du REN-LAC reste convaincu que « sans une lutte résolue et sincère contre la corruption et la mal gouvernance, la restauration de l’intégrité du territoire dont le Président Damiba semble fait son objectif, sera vouée à l’échec » car, pour lui, « aujourd’hui, la gestion quotidienne des affaires par la Transition montre que le pouvoir actuel, à l’image de son prédécesseur déchu, ne semble pas pris la pleine mesure des aspirations populaires ».

Aussi, le REN-LAC, au cours de cette conférence de presse, a demandé aux autorités actuelles de se référer à l’article 1 de la Charte de la Transition, pour mettre en application les valeurs qui y sont prônées. « C’est le lieu pour nous de rappeler aux autorités que l’article 1 de la Charte de la Transition promeut entre autres comme principes et valeurs cardinales le patriotisme, l’intégrité, la dignité et l’exemplarité », a déclaré Sagado Nacanabo.

Elisé S. SOME

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page