Baccalauréat 2022 : Lionel Bilgo et Frédéric Ouattara donnent le top départ au lycée Marien N’Gouabi de Ouagadougou

Le baccalauréat session 2022 a été officiellement lancé ce 21 juin 2022 par le ministre en charge de l’Éducation nationale, Lionel Bilgo et celui en charge de l’Enseignement supérieur, Frédéric Ouattara, au lycée Marien N’Gouabi à Ouagadougou. Cette année, ce sont 142 557 élèves qui vont à la conquête du sésame précieux.

Ce sont 142 557 candidats dont 47,43% de filles et 52,57% de garçons qui sont en quête du baccalauréat session de 2022, selon les chiffres du ministère en charge de l’Education nationale. La même source indique que l’an dernier, les candidats étaient au nombre de 154 784. On constate donc une régression de 07,90%, soit 12 227 candidats en moins par rapport à 2021.

Après avoir fait le tour de quelques salles pour encourager les candidats, les deux ministres ont marqué un arrêt à la salle 10 du jury 146 pour le lancement officiel. À noter que ce jury prend en compte les candidats de la série D.

… il y’a des enfants qui ont connu l’insécurité et qui ont fait preuve de résistance pour être dans les salles ce matin

« Nous voulons encourager l’ensemble des élèves de cette année qui vont à la conquête de cet examen. Féliciter les parents, féliciter les enseignants qui ont fait un travail extraordinaire tout au long de l’année et qui en feront encore des années qui suivent et nous espérons que cette année, la moisson sera bonne pour remplir donc les salles à l’Université et de Ouagadougou et de partout là où il y a des espaces d’apprentissage pour accueillir ce capital humain que nous sommes en train de façonner », a déclaré Lionel Bilgo.

La particularité de cette session du baccalauréat, selon le ministre en charge de l’Éducation nationale, réside dans le fait que ce sont 534 jurys qui ont été mobilisés pour l’occasion. À l’en croire, c’est « une machine qui a été transmise au ministère de l’Éducation nationale par le ministère de l’enseignement supérieur suite à des réformes débutées depuis 2007 ».

Pour ce qui est des élèves déplacés à l’intérieur du pays, Lionel Bilgo a rassuré qu’une équipe est mise en place pour les accueillir avec l’école en situation d’urgence. « Comme je vous l’ai dit pour les autres examens, il y a des élèves qui ont fui les localités à cause de l’insécurité, qui n’ont même pas pu prendre leurs actes de naissance ou leurs documents pour s’inscrire. Mais nous les avons accueillis, nous les avons inscrits en attendant une régularisation. Dans les salles d’examen ce matin, il y a des enfants qui ont connu l’insécurité et qui ont fait preuve de résistance pour être dans les salles ce matin », a-t-il laissé entendre tout en adressant une pensée aux enseignants victimes de l’insécurité.

Pour sa part, le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Frédéric Ouattara, a tenu à rappeler que les textes réglementaires ont prévu une continuité entre l’Enseignement secondaire et l’Enseignement supérieur.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page