Burkina Faso : L’armée va sanctionner ses éléments qui abandonnent leurs positions

À travers un communiqué lu à la télévision nationale ce lundi 20 juin 2022 au cours du journal de 20 heures, le commandant du Commandement des opérations du théâtre national (COTN), le lieutenant-colonel Didier Yves Bamouni, a rappelé à l’ordre, les éléments de force de défense et de sécurité qui abandonnent leurs positions et leurs matériels sous les menaces terroristes ou lors des harcèlements effectués par les groupes armés.

« Cette situation qui expose davantage les populations civiles à protéger, leurs biens ainsi que les autres unités dans la sécurisation du territoire national contribue à renforcer les capacités logistiques des groupes extrémistes violents », a déclaré le lieutenant-colonel Didier Yves Bamouni.

Dans son communiqué, le commandant du COTN a tenu à rappeler aux éléments des FDS que l’abandon de position, de matériel individuel ou collectif de combat constitue « une faute disciplinaire et pénale et rend les auteurs de tels actes passibles de sanctions disciplinaires et/ou pénales ».

Il appelé les forces de défense et de sécurité à « défendre fermement leurs positions ». Le cas échéant, tout en reconnaissant la complexité de la situation sécuritaire au Burkina Faso,  il a indiqué que « tout personnel projeté dans le cadre des opérations de sécurisation qui, sans avoir épuisé ses moyens de combat, s’adonnerait à de pareilles pratiques, s’expose à des poursuites disciplinaires et pénales ».

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page