‘’Libération de Roch Kaboré’’ : Le MPP demande l’accompagnement des églises évangéliques

Ce 16 juin 2022, des leaders du parti Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) dont Alassane Bala Sakandé et Armand Béouindé, ont rendu une visite de courtoisie aux responsables de la Fédération des Églises et Missions Évangéliques (FEME).

Des cadres du parti Mouvement du Peuple pour le Progrès étaient au siège de la Fédération des Églises et Missions Évangéliques (FEME) où ils ont rencontré les responsables. Selon Alassane Bala Sakandé, président du MPP, deux sujets étaient à l’ordre du jour, à savoir la situation sécuritaire au Burkina Faso et la libération de l’ancien Président Roch Kaboré.

Concernant la libération de l’ex Chef d’Etat, le président du MPP, a indiqué que lui et ses camarades sont venus plaider pour une intervention de la FEME. Il a précisé que ce n’est pas une question politique même si c’est un parti politique qui est allé l’évoquer. « La question du Président Kaboré est une question nationale, est une question humanitaire et sa libération est appelée par tous les Burkinabè aujourd’hui », a-t-il jugé.

Il en a profité pour donner des informations sur la situation actuelle de Roch Kaboré. « Nous entendons dire qu’il est libre, il est chez lui, c’est lui qui décide de ne pas recevoir x ou y mais les Burkinabè ont la latitude d’aller chez lui à la Patte d’Oie (quartier de résidence de Roch Kaboré à Ouagadougou, ndlr) pour voir s’ils seront reçus. Il est chez lui, nous confirmons qu’il est chez lui mais il ne peut pas recevoir qui il veut. Il est chez lui et nous confirmons qu’il ne peut pas avoir accès au téléphone. Il est chez lui, mais nous disons et nous répétons qu’il ne peut même pas saluer ses voisins à fortiori aller rendre visite à qui il veut. Il est chez lui, mais il ne peut pas vivre sa vie parce que du moment où son épouse et ses enfants ne peuvent pas rester avec lui dans la maison à partir d’une certaine heure. Il est chez lui, mais la nuit venue, il est tout seul, abandonné à lui seul dans sa maison », a-t-il fait savoir.

La FEME appelle à prier

D’après Alassane Bala Sakandé, le MPP n’a jusque-là ni pas connaissance d’un dossier de justice retenu contre l’ancien Président. « On ne nous a pas dit qu’il a volé, on nous a pas dit qu’il a détourné, on ne nous a pas dit qu’il a tué. Donc à partir du moment où il n’y a pas un dossier en instance ou un dossier judiciaire le concernant, nous pensons, et même si c’était le cas, il doit bénéficier de la présomption d’innocence », a-t-il opiné.

« Ce ne sont pas les premiers à venir vers nous pour cette question », Pasteur Henri Yé ©Faso7

Par rapport à la situation nationale, le président du MPP a indiqué que demande a été faite à la FEME de prier pour le « Pays des Hommes intègres » et de faire en sorte que l’appel qui est lancé de part et d’autre à l’Union sacrée de tous pour lutter contre le terrorisme soit une union des cœurs. « Si nous sommes unis, si nous sommes de cœur ensemble, rien n’est impossible pour les Burkinabè. Mais si dans le même temps, il y a des situations où des Burkinabè ne peuvent pas aller et venir comme ils veulent, s’il y a des situations où des Burkinabè se sentent exclus, naturellement ça va poser des problèmes », a-t-il déclaré.

« Ce ne sont pas les premiers à venir vers nous »

À son tour de parler, le Pasteur Henri Yé président de la FEME a indiqué que d’autres visiteurs avaient déjà approché la fédération pour aborder les mêmes questions. « Ce ne sont pas les premiers à venir vers nous pour cette question, nous trouvons qu’effectivement dans notre pays, il est bon que nous puissions tout mettre en œuvre pour que nous puissions vivre tous dans la paix et dans la cohésion sociale », a-t-il laissé entendre.

Sur le cas de Roch Kaboré, les Évangéliques entendent agir de concert avec les leaders catholiques, musulmans et coutumiers.

Pour son premier responsable, la démarche du MPP auprès de la Fédération des Églises et Missions Évangéliques s’inscrit dans une série de rencontres initiée auprès de l’Église catholique, de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina et des chefs coutumiers. De tout temps, des questions qui concernent le Burkina Faso, les autorités coutumières et religieuses se sont toujours impliquées pour qu’il y ait une sortie favorable, pour qu’il y ait une issue favorable, selon Alassane Bala Sakandé. « C’est pour ça que le MPP, un parti de paix, une émanation du peuple à entrepris de faire ces démarches », a-t-il ajouté.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page