Lutte contre la corruption : Les femmes dans le champ d’action du projet COGS

Les acteurs du projet « Corruption, Genre et Développement Durable » (COGS) ont tenu une rencontre ce mercredi 15 juin 2022 à Ouagadougou pour discuter du contenu, de la perception et de la mise en œuvre du projet. Ils comptent mener des études en lien avec la corruption au niveau des femmes dans les domaines de l’éducation, de la santé et des actions de lutte contre le changement climatique.

Le projet « Corruption, Genre et Développement Durable » (COGS) vise à identifier les nouveaux mécanismes par lesquels la corruption fait obstacle au développement durable. Et pour ce faire, le genre féminin est la cible privilégiée. En effet, selon Dr Eugenie Maïga, Coordonnatrice du projet COGS « le genre a été un aspect très important dans ce projet pour répondre donc aux objectifs des initiateurs qui sont le gouvernement irlandais et son Conseil irlandais pour la recherche ».

A l’entendre, ce projet a commencé en septembre 2021 et aura une durée de vie de trois ans et coûtera globalement « un peu plus de 300 milles euros » soit « environ 200 millions de FCFA pour trois ans ».

Que ce soit le domaine de l’éducation, la santé, l’emploi, les femmes sont beaucoup victimes des pratiques de corruption

Selon les acteurs du projet COGS, l’identification des nouveaux mécanismes de la corruption se fera à travers quatre piliers. Le premier pilier va examiner la prévalence de la ‘’sextorsion’’ pour les femmes entrepreneures. Le deuxième pilier cherchera à comprendre dans quelles mesures les stéréotypes et attitudes négatives envers les femmes les dissuadent de poursuivre une carrière, sans oublier de porter un regard scientifique sur ce dont elles ont besoin pour surmonter ces préjugés.

Dans le troisième pilier, le projet cherchera à déterminer si la corruption locale, selon l’expression des acteurs du projet, dans les domaines de la santé et de l’éducation limite plus l’accès à ces services fondamentaux aux femmes qu’aux hommes. Quant au quatrième pilier, il s’agira de modéliser la façon dont un manque de confiance entre les services gouvernementaux est susceptible d’entraver la coordination et les actions de lutte contre le changement climatique.

Pour sa part, Issouf Paré, Secrétaire chargé des études et des enquêtes au niveau du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), a fait savoir que les femmes sont énormément victimes de la corruption et cela entrave le développement.

« Pour ce qui est de la perception de la corruption en lien avec le genre, il faut dire que c’est une réalité dans notre contexte. Au niveau de REN-LAC, nous avons déjà fait une étude sur la corruption liée au genre. Il s’avère que les femmes sont beaucoup exposées à divers domaines. Que ce soit le domaine de l’éducation, la santé, l’emploi, les femmes sont beaucoup victimes des pratiques de corruption », a déclaré le représentant du REN-LAC.

Selon le Secrétaire chargé des études et des enquêtes du REN-LAC, « quand on connait le rôle que la gente féminine joue dans le développement, on peut comprendre aisément que ces pratiques-là peuvent être un frein vraiment au développement ».

Une vue des participants de la rencontre du mercredi 15 juin 2022 – © Faso7

Au regard de la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso, les zones d’actions dudit projet seront circonscrites. « On va rester dans les zones où on n’a pas encore interdit les voyages parce qu’on a des chercheurs qui viennent de l’étranger qui, éventuellement, viendront avec nous pour faire la recherche et ces gens ne peuvent pas aller dans certaines zones », a fait savoir Dr Eugénie Maïga.

Ainsi, les études seront menées, entre autres, dans le Centre, le Centre-Ouest et les Hauts-Bassins « pour ce qui est possible. Mais si la situation sécuritaire s’améliore, on pourrait éventuellement aller dans d’autres régions et dans les zones rurales parce que ça nous intéresse aussi donc la situation des femmes vulnérables dans ces localités », a soutenu Dr Eugénie Maïga.

Elisé SOME (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page