Pénurie de gasoil au Burkina : « Depuis 50 ans on n’a jamais vu ça au Burkina » (Joseph Sedgo)

Le 5 juin au Burkina Faso, la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) a annoncé qu’elle va baisser les quantités distribuées du gasoil de 40 % dans les 72h qui suivent l’annonce. Ce jeudi 9 juin, une équipe de Faso7 a fait le tour de certains endroits de la capitale pour voir comment les Ouagalais vivent cette situation.

À Ouagadougou, le niveau du gasoil remonte timidement dans les puits des stations depuis le mercredi 8 juin 2022. Ce 9 juin dans la journée, une équipe de Faso7 a sillonné certaines parties de la capitale pour constater la disponibilité effective de ce carburant dans les stations étant donné que depuis le 5 juin 2022, la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY) a indiqué qu’elle va baisser les quantités distribuées du gasoil de 40 % durant 72 heures. Le constat est que ce ne sont pas toutes les stations qui ont du gasoil à vendre.

Parmi les stations visitées, celles qui avaient de l’essence sont la station Total à la Trame d’accueil, située sur la route de Koubri, la station Ola au quartier Patte d’Oie et la station Pétrofa de Cissin. Un agent de la station Total située au quartier Trame d’accueil fait savoir que ce n’est que dans la matinée de ce lundi 9 mai 2022 que la station a été approvisionnée en gasoil. « Si vous étiez venus ici hier, vous alliez voir qu’il n’y a pas de gasoil. C’est en train de revenir un peu un peu, il faut que les gens patientent », dit-il.

Quant aux deux autres stations de la Patte d’Oie et de Cissin, au passage de l’équipe de Faso7 vers midi, elles venaient d’être approvisionnées. Plusieurs clients en voiture, en bus, en cars, en taxis et  en camions étaient alignés pour se procurer le jus précieux.

Au passage à la station Shell à la Trame d’accueil © Faso7

Au niveau du siège de la SONABHY, à notre passage, des camions-citernes sortaient pour aller approvisionner les stations de la ville. Ces camions laissaient croire qu’un espoir d’un retour à la normale est permis.

Des automobilistes obligés de garer leurs véhicules

Ce manque de gasoil rend la vie difficile aux Ouagalais. Au niveau des stations, les pompistes, l’index pointé vers le ciel et secoué de gauche à droite, indique aux automobilistes que le carburant fait défaut. « Continuez votre chemin, il n’y a pas de gasoil », c’est ce qu’on m’a dit dans toutes les stations dans lesquelles je suis passé aujourd’hui, nous confie Karim, un automobiliste.

À la station Shell de la Trame d’accueil, les automobilistes et les pompistes se lancent souvent des piques. « Certains, leurs véhicules n’ont plus de carburant. Ils viennent avec des bidons pour prendre et puis aller mettre. Mais nous, on refuse et ça amène souvent la bagarre. Mais nous on ne peut pas désobéir aux règles. En plus, il y’a des gens mal intentionnés qui viennent prendre dans les bidons pour aller vendre », a expliqué, Alexandre, (nom d’emprunt, Ndlr) pompiste.

Certains automobilistes ont dû garer leurs véhicules pour se mettre à la marche. Joseph Sedgo, fonctionnaire international à la retraite, est l’un d’entre eux. Joint au téléphone par Faso7, il a expliqué que c’est depuis le mardi 7 juin 2022 qu’il a dû garer son véhicule pour faute de carburant. « Ça m’a beaucoup inquiété parce que depuis 50 ans, on a jamais vu ça au Burkina », a-t-il confié.

Le manque de carburant n’affecte pas les consommateurs du Super 91. Ces derniers ne manquent de carburant même s’ils doivent payer un peu plus cher. En rappel, depuis le 12 mai 2022, le prix du litre du gasoil est passé à 645 F CFA et celui du Super 91 à 715 F CFA.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page