Trouble à Bissa Gold : Un danger pour les ressources de l’Etat et des communes impactées

La mine de Bissa Gold dans la commune de Sabcé, province du Bam a vu ses activités être suspendues un certain temps le 2 juin 2022 par des populations qui manifestaient. Ce mouvement d’humeur spontané qui n’a pas été autorisé par les autorités compétentes, impacte négativement sur la production de cette mine.

Les soubresauts que connait la mine de Bissa Gold n’est pas sans rappeler ceux que vivent de nombreuses sociétés minières régulièrement installées au Burkina Faso. En septembre 2021, des orpailleurs avaient envahi la mine de Bissa Gold. Suite à l’intervention des forces de l’ordre pour les déloger, des troubles avaient conduit à un saccage du matériel de la mine par des populations. Dix (10) véhicules de la mine avaient été détruits dont huit (08) véhicules de type 4 x 4 qui ont été incendiés.

Par ailleurs, du fait de l’insécurité, la mine d’or de Taparko, dans la Région du Centre-Nord et celle de Youga, dans la Région du Centre-Est, ont interrompu leurs productions avec les conséquences qui y vont avec. Le manque de recettes au profit de l’Etat, au profit des régions, des communes impactées et des entreprises sous-traitantes, et des centaines de travailleurs sans revenus, entre autres.

sur 1 385 employés, 563 proviennent des localités impactées

La mine de Bissa Gold, en moyenne, verse au budget de l’Etat, 14 milliards FCFA de taxes et impôts par an dont 500 millions FCFA de dividendes, représentant les 10% des parts de l’Etat dans le capital. En sus, Bissa Gold alimente les budgets des communes. En 2022, les trois communes impactées (Sabcé, Guibaré et Mané) ont reçu au titre de la patente, la somme de 1,177 milliards FCFA.

La contribution de la mine au développement local ne s’arrête pas là. Sur 1,712 milliard de taxes superficiaires payées par la mine à l’Etat en 2021, les communes impactées se sont partagées 350 millions FCFA. En outre, ces communes reçoivent une part importante de recettes issues du Fonds minier de développement local (FMDL).

Par ailleurs, sur 1 385 employés, 563 proviennent des localités impactées. Sur les 563 emplois locaux, 360 proviennent de Sabcé, 76 de Mané, 62 de Kongoussi, 30 de Guibaré, 17 de Kaya, etc. Ces statistiques ne prennent pas en compte les nombreux travailleurs des sociétés de sous-traitants. Partant, les différents troubles autour de cette mine sont un danger pour toutes ses personnes au cas où elle fermerait ses portes.

A l’instar de Bissa Gold, plusieurs sociétés minières au Burkina Faso, au nom de la responsabilité sociale des entreprises, réalisaient des investissements au profit des communautés, ce qui contribue à combler les insuffisances de l’Etat et des collectivités confrontées à des moyens limités. Elles versent des recettes locales aux collectivités dont la taxe superficiaire, la patente et le Fonds minier de développement local (FMDL).

250 millions FCFA est alloué par an par la mine de Bissa Gold

Il est indéniable que pour la poursuite d’intérêts personnels, cette mine est prise en otage. Les mines fermées et celles en difficulté ne pourront plus honorer leurs engagements volontaires. Entre autres, un budget de 250 millions FCFA alloué par an par la mine de Bissa Gold est consacré aux investissements qui touchent la vie des communautés, et l’appui institutionnel aux structures de l’Etat.

Les autorités étatiques doivent prendre le problème de la mine de Bissa Gold qui connait des troubles, à bras le corps afin d’éviter que l’inévitable ne se produise au regard de l’apport de cette mine.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page