Ouagadougou : Les acteurs de l’AMP-UEMOA en méditation en faveur de leurs concitoyens

L’Association des médiateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (AMP-UEMOA) a débuté sa sixième assemblée générale ordinaire ce mardi 7 juin 2022 à Ouagadougou. Cette assemblée axée sur le thème : « Le Médiateur de la République à l’épreuve des défis de l’espace UEMOA » a reçu la participation des médiateurs des Etats membres de l’UEMOA ainsi que des experts.

Créée en octobre 2009, l’Association des médiateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (AMP-UEMOA) compte apporter sa contribution pour le bien-être des populations ainsi que la promotion de la paix et de la bonne gouvernance dans l’espace UEMOA.

« Je voudrais réitérer ici l’engagement de l’AMP-UEMOA à être au service de la construction de la paix dans nos pays respectifs comme dans notre sous-région mais aussi à accompagner nos dirigeants et nos peuples vers un développement et l’intégration harmonieux », a déclaré Ali Sirfi Maïga, Président de l’AMP-UEMOA.

Selon Fatimata Sanou/Touré, Médiateur du Faso, les pays de cette institution monétaire ouest africaine font face à de nombreux défis parmi lesquels la corruption, l’incivisme, la mal gouvernance ainsi que la mauvaise administration, difficile application des règles et principes communautaires, etc. le tout dans un contexte d’insécurité grandissante.

Des institutions de protection des droits des citoyens

Il fallait alors réfléchir sur la présente thématique afin d’apporter des solutions adaptées. « Conscients de notre rôle de défenseurs des droits de nos concitoyens, fort des missions qui nous sont confiées et des moyens d’action dont nous disposons dans nos textes fondateurs, nous avons décidé de mener une réflexion sur la thématique retenue afin d’apporter notre contribution à la recherche de solutions idoines aux problèmes soulevés », a-t-elle soutenu.

Pour le Premier ministre Dr Albert Ouédraogo, l’institution Médiateur du Faso est une institution qui joue un rôle majeur, un rôle crucial dans l’enracinement de la démocratie au Burkina Faso.

A l’en croire, les institutions Médiateurs visent à protéger et défendre les droits des populations. « Ce sont des institutions qui reçoivent les plaintes et les réclamations des citoyens à l’encontre des administrations, des collectivités territoriales et qui permettent donc aux citoyens de retrouver leurs droits. Ce sont les institutions donc de protection des droits des citoyens », a fait savoir le Premier ministre.

Elisé SOME

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page