Burkina Faso : Des cadres de centres de santé outillés sur l’accueil des patients

Les responsables de la société Afrique Assistance Médicale et Services (2AMIS), en partenariat avec le ministère en charge de la Santé Publique, ont initié une formation au profit de cadres d’institutions sanitaires du Burkina Faso, sous le thème principal « Accueil, communication et humanisation à l’hôpital et dans les services de santé ».

L’accueil, la communication et le traitement humain des patients dans les centres de santé font l’objet d’une formation de 4 jours initiée à partir de ce 6 juin 2022 par les cadres de l’institution Afrique Assistance Médicale et Services (2AMIS), en collaboration avec le ministère en charge de la Santé Publique. Ce travail est basé sur le thème « Accueil, communication et humanisation à l’hôpital et dans les services de santé » et il est destinée aux responsables de sous structures de centres de santé.

Pour Robert Sangaré, le Coordonnateur de 2AMIS, les questions de l’accueil, de la bonne communication et du traitement humain des patients sont à prioriser dans les politiques publiques de santé et dans les styles et politiques managériales des centres de santé.

« Nous avons pensé que, au lieu d’attendre chaque fois qu’il y ait des situations, que l’on décide peut être de sacrifier l’agent de santé même s’il a un minimum de responsabilité, que l’on sacrifie même des DG (Directeurs généraux, ndlr) voire des ministres pour faire tomber la température, c’est dire plutôt, on prendra conscience que ces paramètres, aujourd’hui, ne peuvent pas être ni banalisés ni traités en accessoires », a-t-il expliqué.

Une vue des participants à la formation – © Faso7

Les bénéficiaires de cette formation sont des cadres de services d’institutions telles que les Centres hospitaliers universitaires (CHU) Yalgado Ouédraogo et de Bogodogo ainsi que des Centres hospitaliers régionaux (CHR) de Dori, Kaya, Tenkodogo et Ziniaré.

« Tous ceux qui sont là, c’est du personnel cadre, c’est-à-dire, le minimum que vous voyez ce sont des majors. Donc des gens qui gèrent des équipes de soins. Donc, eux, ils vont veiller à inculquer à leurs équipes ces valeurs », a fait comprendre Robert Sangaré.

Développer une relation de confiance avec les patients

C’est Robert Kargougou, le ministre en charge de la Santé Publique qui est le président de cette formation. A l’ouverture des travaux, il s’est fait représenter par Narcisse Naré, son Chargé de mission. Le chef du département de la Santé Publique a fait transmettre que le thème de cette formation va apporter des réponses aux soignants qui s’interrogent sur l’accueil des patients ainsi que sur le sens et l’amélioration de leurs pratiques afin de développer avec les patients une relation de confiance.

Pour le ministre, la technicisation du milieu hospitalier a fragilisé la relation entre soignants et soignés dont, selon lui, l’équilibre est fondamentale dans l’acte de soins. « Il me plaît de saluer la participation des hôpitaux nationaux, ce qui témoigne de la bonne qualité de l’expertise nationale burkinabè de plus en plus sollicitée donc à l’étranger », a-t-il ajouter.

Notons que Nouradine Abakar, Directeur adjoint des soins de l’hôpital CHU la Renaissance du Tchad est l’invité spécial de cette rencontre. Il a dit être venu avec une visée de partage d’expériences.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page