Réorganisation de la gendarmerie nationale : Evrard Somda à l’écoute de l’expérience ivoirienne

Le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie Nationale (CEMGN), le lieutenant-colonel Evrard Somda a conduit une délégation  en Côte d’Ivoire le 31 mai 2022 du 3 juin 2022.

La délégation composée de 5 chefs de la gendarmerie nationale,  avec à sa tête le Chef d’Etat-major, le lieutenant-colonel Evrard Somda, a eu pour mission de s’inspirer de l’exemple de « l’organisation et de l’efficacité » de la gendarmerie ivoirienne.

« Nous avons découvert  des hommes expérimentés  très compétents,   professionnels. Nous pensons que la spécificité des gendarmeries, de la gendarmerie ivoirienne peut être un gage de réussite dans la lutte contre le terrorisme. Nous sommes venus pour nous inspirer des modèles qui marchent et nous avons voulu commencer par le pays frère qui est la Côte d’Ivoire », a affirmé le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie Nationale, selon ses propos rapportés par la presse ivoirienne.

Selon lui, la gendarmerie burkinabè et celle ivoirienne partagent le même « noble métier » de protection de population avec des hommes « expérimentés dévoués » à la protection des biens et des hommes de leurs pays. « Nous partageons les mêmes idéaux et la proximité de nos peuples et de nos deux pays fait que si on se met ensemble, on est sûr qu’on va pouvoir remporter la victoire dans le cadre de la lutte  contre le terrorisme », a-t-il lancé.

Il a rassuré que le rapprochement est en cours. « Ce n’est plus à l’étape d’être envisagé. Nous sommes en plein dedans et nous espérons que ça puisse perdurer dans le futur », a précisé le lieutenant-colonel Evrard Somda.

Autonomisation de la gendarmerie burkinabè

Un officier de la gendarmerie nationale a apporté plus de précisions sur l’intervention du CEMGN. Selon lui, la gendarmerie du Burkina est  à cheval entre deux ministères, notamment la défense et la sécurité,  et la visite du  premier responsable de la gendarmerie nationale consiste à s’inspirer de l’organisation de celle de la Côte d’Ivoire et son positionnement au sein du ministère d’État, ministère de la Défense.

« Un des problèmes de la gendarmerie burkinabè, la chose qui l’affaiblit énormément, c’est son organisation. Elle relève de deux ministères et cela plombe son efficacité. Les buts des tournées, c’est de voir justement comment ces gendarmeries sœurs sont organisées et rattachées institutionnellement », a-t-il confié à Faso7.

En rappel, la délégation  a visité  plusieurs services de la gendarmerie ivoirienne. Il s’agit du  Groupe d’Escadrons Blindés de la Gendarmerie Nationale (GEB-GN), l’Unité d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (UIGN) et l’Escadron 1/1 Agban, la démonstration Contre-Terrorisme et Libération d’Otage (CTLO), le Centre Opérationnel de la Gendarmerie Nationale (COGN), la Section d’Analyse des Traces Technologiques (SATT) et le Commandement des Ecoles et Centres de Formation (CECF).

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page