Flambée des prix au Burkina Faso : Une cellule de crise mise en place par le gouvernement et les opérateurs économiques

Ce jeudi 26 mai 2022 à Ouagadougou, après une concertation avec le Patronat et la Chambre de commerce du Burkina Faso, le Premier ministre Albert Ouédraogo, a demandé la mise en place d’une cellule de réflexion de crise afin de faire face efficacement au problème de la flambée des prix des produits de première nécessité.

Trouver un consensus afin de faire face aux défis actuels et prochains en lien avec la flambée des prix, tel a été l’objet de la rencontre entre le gouvernement, le patronat et la Chambre de commerce du Burkina Faso. Dans le sens d’une synergie d’action, à la demande du Premier ministre, les parties prenantes, ont décidé de créer une cellule de crise pour réfléchir sur la question. « À la demande donc du Premier ministre, une cellule de crise a été mise en place pour justement réfléchir aux défis actuels suite à la hausse des prix. (…) Nous avons décidé de mettre ensemble un comité en place, un comité permanent qui va nous permettre justement d’affronter les défis à venir, mais les défis aussi actuels », a déclaré Joël Lionel Bilgo, le porte-parole du gouvernement à la sortie de la rencontre.

Il a laissé entendre que la question de la flambée des prix est une question macroéconomique qui n’est pas forcément liée aux acteurs internes du Burkina Faso, mais qui est aussi dépendante des effets macroéconomiques.  « Cette rencontre nous a permis justement d’harmoniser nos points de vue, de comprendre que la situation est très sérieuse et surtout de nous mettre en ordre de bataille pour réfléchir ensemble afin de trouver des solutions appropriées », a-t-il poursuivi.

Seydou Diakité, le porte-parole du Patronat a pour sa part, laissé entendre que le gouvernement était dans son rôle de créer les conditions pour que les producteurs et les opérateurs économiques et les Hommes d’affaires qui animent la vie économique du pays puissent se rencontrer et voir quels sont les dispositions qui doivent être prises pour faire en sorte que les prix soient abordables. Pour lui, la démarche est salutaire car il ne faut pas toujours attendre à ce que les subventions viennent annuler les effets des augmentations des prix.

« Donc une cellule a été mis en place, des réflexions vont se mener pour voir comment est-ce qu’on peut accompagner notre économie et maîtriser les effets pervers de la crise », a soutenu Seydou Diakité.

Par ailleurs, tout en saluant la démarche de « sincérité » du gouvernement dans la recherche de solutions, Seydou Diakité a déclaré que c’est ensemble qu’ils pourront juguler le phénomène de la crise et non par des passages forcés de la part des opérateurs ou du gouvernement.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page