Politique : L’UPC et le mouvement « Agir Ensemble » réfléchissent à une « alliance solide »

Zéphirin Diabré, président du parti Union pour le Progrès et le Changement (UPC) et sa délégation se sont rendus au siège du mouvement politique « Agir Ensemble » pour une visite de courtoisie et de travail. Ils ont été reçus par Boubacar Diallo, président du mouvement avec à ses côtés certains de ses partisans. C’était ce vendredi 13 mai 2022.

Zéphirin Diabré poursuit sa tournée dans les sièges des partis membres de la législature d’avant le putsch du 24 janvier 2022. Ce 13 mai 2022, il s’est rendu avec sa délégation au siège du mouvement « Agir Ensemble ». Là, ils ont été accueillis par Boubacar Diallo président du parti et ses compagnons politiques.

A la fin de la rencontre qui a eu lieu entre les deux groupes à huis clos, Zéphirin Diabré a fait savoir que les échanges ont porté sur les possibilités d’une coopération entre l’UPC et le mouvement « Agir Ensemble » en vue d’une « alliance solide ». De l’avis de Zéphirin Diabré, le terrain est fertile pour y songer, étant donné que les deux partis ont cheminé ensemble dans des regroupement politiques et compte tenu de la familiarité qu’il y a entre certains partisans de l’UPC et du mouvement « Agir Ensemble ».

« Nous sommes tous avertis qu’en matière de politique on ne gagne jamais les combats seul. On a toujours besoin que les forces se mutualisent. Donc, ce sont des pistes aussi que nous allons élaborer », a ajouté Zéphirin Diabré.

Aussi, le président de l’UPC a indiqué qu’au cours de la rencontre, ils ont abordé le sujet de la participation de la classe politique burkinabè dans cette phase transitoire du Burkina Faso marqué par l’insécurité.

« Nous sommes des acteurs qui sont engagés dans le sacerdoce de représenter donc nos populations, pour certains depuis des décennies. Quelque soit ce que l’on puisse penser de nous, ce sont des opinions que nous entendons mais ça ne nous empêchera pas de continuer notre engagement qui est un engagement non pas pour nous-mêmes, non pas pour nos intérêts personnels mais pour un engagement pour le pays, le Burkina Faso qui est notre cause commune. Donc à ce niveau là, notre souhait est que nous puissions trouver la formule qui permettra à un certain nombre d’acteurs politiques y compris donc le mouvement « Agir Ensemble » et l’UPC de pouvoir apporter une contribution de qualité à la gestion de notre pays dans cette phase là que nous traversons », a déclaré l’ancien ministre en charge de la réconciliation nationale.

Pour le président du mouvement « Agir Ensemble », les politiciens burkinabè interviennent déjà au niveau de la lutte contre l’insécurité.

« Quand il y a eu le coup d’Etat, la classe politique à réagi par rapport à ça, puisque c’était ça qui a justifié l’avènement du MPSR (Mouvement pour la Sauvegarde et la Restauration, ndlr) déjà à cette époque là, tous les partis politiques quelque soit leurs horizons divers ont estimé que la situation d’insécurité au Burkina est intenable aujourd’hui », s’est Boubacar Diallo.

Par ailleurs, il a annoncé qu’il y aura des cadres politiques organisés pour une synergie d’actions des politiciens avec pour but de faire en sorte que la classe politique réponde à l’objectif de retour de la sécurité du territoire national.

En rappel, le mouvement « Agir Ensemble » est la quatrième formation politique qui reçoit la visite de Zéphirin Diabré, après l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération-Rassemblement Démocratique Africain (ADF-RDA), l’Union pour la Renaissance-Mouvement des Partis Sankaristes (UNIR-MPS) et le Nouveau Temps pour la Démocratie (NTD).

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page