Projet PASPANGA : 400 millions de F CFA pour renforcer les compétences des talents du cinéma burkinabè

Porté par le Collectif Génération Créative, le Projet PASPANGA a été officiellement lancé ce jeudi 12 mai 2022. Les objectifs recherchés à travers ledit projet sont le renforcement du programme de formation aux métiers du cinéma, la mise en pratique d’un dispositif d’incubation de projets de films et la mise en réseau et le suivi des bénéficiaires.

D’un coût global d’environ 400 millions de F CFA, le projet PASPANGA s’inscrit dans la logique d’apporter un changement sur le capital humain et les mécanismes de soutien à la création. Selon les porteurs du projet, il vise à renforcer les compétences dans les filières du cinéma et de l’audiovisuel au Burkina Faso.

« Le projet PASPANGA ambitionne, pendant 24 mois, contribuer au renforcement des compétences des talents du cinéma burkinabè en prenant en compte une bonne partie des métiers dans le processus de fabrication d’un film », a laissé entendre le directeur du Collectif Génération Créative, Ousmane Boundoané.

De façon spécifique, le projet entend apporter un plus dans l’accompagnement des étudiants, des techniciens et des artistes aspirant aux métiers du cinéma. Et pour y arriver, PASPANGA se veut une plateforme collaborative entre plusieurs structures relevant des arts du spectacle. Selon le directeur délégué de l’Institut Français, Pierre Muller, ce projet est né des échanges avec l’ensemble des parties prenantes.

Si demain il n’y a plus de coopération politique, il sera très difficile de tenir cette coopération technique

« C’est à travers ces échanges qu’on a pu écrire un projet avec des objectifs qui répondent aux besoins identifiés par les partenaires locaux. Nous avons beaucoup échangé », a-t-il indiqué. Pour lui, ce projet ne répond pas forcement aux objectifs de la coopération française, mais est plutôt orienté vers ceux des bénéficiaires.

Sur les bénéficiaires, il faut noter que le projet vise les étudiants, les aspirants aux métiers du cinéma et les jeunes producteurs. Il est financé par le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères.

« Ce projet est le bienvenu », a déclaré le directeur général de Institut supérieur de l’image et du son / Studio-école (ISIS-SE), Dr Bangbi Francis Frédéric Kaboré. Pour lui, le projet PASPANGA apporte un plus dans la formation de la jeune génération de cinéastes.

Selon Ousmane Boundoané, le projet PASPANGA est une collaboration technique mais reste influençable par la coopération politique. « Cette coopération technique existe parce qu’il y a une coopération politique entre les deux Etats. Si demain il n’y a plus de coopération politique, il sera très difficile de tenir cette coopération technique », a appuyé la conseillère en coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France au Burkina, Laurence Arnoux.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page