Flambée des prix du transport : Une «augmentation sauvage», selon le gouvernement

A la suite de l’augmentation du prix des hydrocarbures ce jeudi 12 mai 2022, certaines compagnies de transport en commun ont procédé, dans la matinée, à une hausse des prix du ticket de transport. Selon le gouvernement burkinabè, cette décision est unilatérale et « non concertée ».

Ce jeudi 12 mai 2022, après une rencontre entre le Premier ministre Albert Ouédraogo et des membres du gouvernement dont le ministre en charge du commerce, celui de l’économie et le ministre en charge du transport, le gouvernement a indiqué n’avoir pas été associé à la décision prise par certains transporteurs.

Lire ➡️ Burkina Faso: L’augmentation du prix du carburant fait grimper le coût du transport en commun

Cette augmentation « ne va pas dans l’intérêt des citoyens », a fait savoir Mahamoudou Zampaligré, le ministre en charge des transports,  qui précise qu’il « s’agit d’augmentation sauvage ». Le gouvernement tient pour responsables, tous les acteurs qui s’adonneraient à une telle pratique, a-t-il déclaré.

Selon le ministre des transports, l’organisation faitière des transporteurs routiers du Burkina Faso et « tous les acteurs sérieux du monde du secteur des transports ne se reconnaissent pas dans cette décision ».

Mahamoudou Zampaligré a, par ailleurs, ajouté que le gouvernement est en concertation avec les acteurs du monde des transports. « Des propositions ont été faites et elles restent encore à mûrir (…). Mais nous allons prendre les dispositions pour que l’ensemble des acteurs reviennent à la raison », a-t-il indiqué.

Vidéo : La déclaration du ministre en charge du transport

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page