Pr Aboubacar Toguyéni aux députés : « L’ère des votes mécaniques est définitivement révolue »

L’Assemblée législative de Transition (ALT) a ouvert sa première session ordinaire ce mercredi 4 mai 2022 à Ouagadougou. Elle est prévue pour durer 45 jours. A l’ouverture de cette session, le président de l’ALT, Pr Aboubacar Toguyéni a indiqué qu’en ce qui concerne le travail d’adoption des lois, il devrait évoluer afin de montrer aux populations que « l’ère des votes mécaniques est définitivement révolue ».

Pour l’ouverture de cette première session, le Pr Aboubacar Toguyéni, est revenu sur la situation que traverse le Burkina Faso. A l’écouter, la mission de l’ALT va s’inscrire dans la vision du Président du Faso, Paul-Henri Damiba, et dans l’intérêt supérieur des Burkinabè. « Notre passage à l’hémicycle s’effectue dans un contexte tout spécial et à un moment décisif de notre histoire. Aussi, convient-il de tout mettre en œuvre pour jouer pleinement notre mission à savoir contribuer à la refondation de l’Etat burkinabè à travers une action parlementaire audacieuse, résolument orientée vers l’intérêt supérieur des populations burkinabè », a-t-il indiqué.

Le président de l’ALT a fait savoir que les institutions sont fragiles et il faudra un débat franc à l’hémicycle afin de pouvoir passer à une cinquième République. Il a affirmé que : « Notre histoire récente nous a montré la fragilité de nos institutions. Il faudra être au rendez-vous des vrais débats et de propositions audacieuses et pertinentes devant aboutir au passage à la cinquième République avec une Constitution qui définisse mieux les équilibres institutionnels et qui permette à notre pays de résister mieux aux différents chocs endogènes et exogènes ».

 Aussi, selon le Pr Aboubacar Toguyéni, le rôle des membres de l’ALT est de veiller à ce que les processus électoraux soient plus justes et équitables, ce qui permettra de « bannir le clientélisme et l’achat de conscience ».

Le premier responsable de l’hémicycle a également évoqué l’existence d’une crise de confiance des populations à l’endroit des institutions étatiques. « Nos concitoyennes et nos concitoyens ont montré peu de confiance à nos institutions républicaines, les défiant même par moment et l’Assemblée Nationale comme institution du Faso, est également concernée ».

Pour remédier à cette situation, le remplaçant de Bala Sakandé a demandé à chaque député à faire en sorte que « son comportement au quotidien soit un exemple empreint de modestie, d’humilité, d’engagement au travail et de patriotisme ».

Elisé SOME

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page