Burkina Faso : Le prix de la baguette de pain pourrait augmenter

Les boulangers du Burkina veulent proposer des mesures économiques au ministère en charge de l’Industrie afin de répondre aux difficultés qui sont dans leur secteur. Parmi ces mesures, on note l’augmentation du prix de la baguette de pain à 200 francs CFA. C’était au cours d’un point de presse, ce 27 avril 2022 à Ouagadougou.

La Fédération burkinabè des patrons de boulangerie, pâtisserie et confiserie (FBPBPC) et la Ligue des boulangers comptent proposer des mesures afin de palier à la crise économique qui sévit dans leur secteur et ils entendent en aviser les autorités chargées des prix.

une augmentation moyenne de 130 875 francs sur la tonne

« Nous proposons, un, de procéder à la baisse des ristourne des clients et livreurs des boulangeries. Deux, élaborer un code de bonne conduite soumis à toutes les boulangeries et nous demandons à cet effet une prise de décret portant adoption d’un code de bonne conduite. Trois, procéder à un réajustement du prix du pain à 200 francs CFA pour un poids de 200g en tenant compte du coût de revient dans la structure des prix qui est actuellement 289,73 francs CFA soit une marge de 10,27 francs par pain en tenant compte du prix actuel de la farine en conformité à l’article 4 de l’arrêté n°2011/0224/MICA », a déclaré Vincent Ouédraogo, Chargé de mission à la FBPBPC.

Concernant la question de l’augmentation du prix du pain à 200 francs CFA, Oumar Yugo, Président de la FBPBPC a fait comprendre que le poids du pain qui selon lui est de 200g restera tel.

D’après Vincent Ouédraogo, le secteur de la boulangerie-pâtisserie connaît d’énormes difficultés liées à l’augmentation du prix de la farine de blé, de la levure, de l’huile et de toutes les autres céréales pouvant entrer dans la fabrication du pain et de la pâtisserie.

« De janvier 2021 à avril 2022, le prix de la farine de blé est passé de 350 000 francs à 500 000 francs la tonne pour les farines importées et de 338 250 francs à 450 000 francs la tonne pour les farines produites localement. Nous enregistrons donc une augmentation de 150 000 francs la tonne soit 42,85% de hausse pour les farines importées et 100 000 francs la tonne soit 29,56 francs de hausse pour les farines locales. (…) Nous notons donc une augmentation moyenne de 130 875 francs sur la tonne, soit 37,39% de hausse avec un prix de pain à 150 francs la baguette de mars 2017 à nos jours », a-t-il fait savoir.

Des concertations avec le ministère en charge de l’Industrie 

Le chargé de mission de la FBPBPC a aussi laissé entendre que selon le ministère en charge de l’Industrie, ces augmentations de prix sont dues à la Covid-19, à la mauvaise saison pluviométrique et à la crise russo-ukrainienne. Comme conséquences sur les boulangeries, Vincent Ouédraogo a fait savoir que 10 sur 400 au total au Burkina Faso ont été amenées à fermer boutique, mettant des centaines d’employés en chômage.

Pour trouver des solutions, les boulangers et les pâtissiers ont, selon Vincent Ouédraogo, rencontré les autorités du Ministère chargé du Commerce et celles de la Ligue des consommateurs dans le Cadre de concertation tripartite (CCT), mais cela a été sans succès.

D’après lui, ces rencontres ont permis aux boulangers et pâtissiers de faire des demandes dont celle portant sur la réorganisation de façon réglementaire de leur secteur en déclassant les boulangeries du secteur industriel au secteur de l’artisanat et celle sur une subvention sur le prix de la farine.

Concernant les mesures proposées, Omar Yugo a indiqué qu’une réunion avec le ministre en charge de l’Industrie sera programmée et qu’à partir de ce moment, il y aura des décisions prises. « Vous savez que le prix du pain est règlementé et que de manière unilatérale, nous ne pouvons pas augmenter le prix du pain. Sinon, nous allons créer un scandale avec le consommateur mais également avec la Ligue des consommateurs qui fait partie de ce comité avec lequel nous discutons », a-t-il conclu.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page